VIDEO. Sivens : l'impossibilité de poursuivre le chantier

FRANCE 2

Le président du Conseil Général du Tarn a pris acte de l'impossibilité de poursuivre la construction du barrage de Sivens après la mort de Rémi Fraisse.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Ce vendredi 31 octobre, la discussion se poursuit, mais sans vote. Le projet n'est pas complètement abandonné. Une minute de silence ce vendredi 21 octobre au Conseil général du Tarn, pour Rémi Fraisse. Il n'y a pas eu de débats mais uniquement une déclaration. Le département suspend la construction du barrage de Sivens et demande à l'État de prendre une décision. Michel Albarede, vice-président du Conseil Général, déclare : "ça ne sert à rien que nous, on prenne des décisions si après, on est chapoté par le ministre de l'Écologie. On est réaliste. Ce débat qui était local devient un débat national, laissons le national prendre une décision ".

Un appel à l'apaisement

Les élus du Tarn appellent à l'apaisement. Ils sont consternés par la violence qui entoure le projet. Maryline Lherme, conseillère générale et maire de Lisle-sur-Tarn s'exprime à ce sujet : "la suspension du projet est inévitable parce qu'il y a de la dangerosité et il ne faudrait pas que nous ayons une autre mort sur le site."

Les militants continuent leur combat. Pour eux, ce n'est pas terminé : "l'impossibilité de continuer les travaux, ça ne veut pas dire que le projet est arrêté, ça ne veut pas dire aussi que la suite du barrage est arrêtée donc tout ça, c'est important. Il faut poursuivre, ce n'est qu'un début."

Les collectifs à l'origine du mouvement réclament la participation aux discussions qui doivent avoir lieu mardi, au ministère de l'Écologie.

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne