Sivens : les zadistes en désaccord avec les alternatives au projet de barrage

Des zadistes sur le site du projet de barrage de Sivens (Tarn), lors d\'une conférence de presse, le 19 janvier 2015.
Des zadistes sur le site du projet de barrage de Sivens (Tarn), lors d'une conférence de presse, le 19 janvier 2015. (SYLVAIN DUCHAMPT / FRANCE 3 MIDI-PYRENEES)

S'ils approuvent l'abandon du projet initial, ils se sont dits opposés aux deux options présentées par le ministère de l'Ecologie.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Bien que le gouvernement ait annoncé l'abandon du projet initial du barrage controversé de Sivens (Tarn), les occupants de la "zone à défendre" (zad) ne comptent pas en rester là. Ils se sont dits satisfaits de cette proposition, lundi 19 janvier, mais ont souligné leur "complet désaccord" avec les deux options proposées par les experts.

Retenue d'eau réduite ou "bassines" sur des sites proches

C'est la première fois que les zadistes, qui sont encore une grosse cinquantaine sur le site, réagissent à la décision de la ministre de l'Écologie, Ségolène Royal, annoncée vendredi. Une trentaine de personnes, toutes encagoulées ou masquées, ont refusé de répondre aux questions de la vingtaine de journalistes présents, dont les identités et plaques d'immatriculation ont été vérifiées avant qu'ils puissent rentrer sur la zad.

Se fondant sur un nouveau rapport d'experts, la ministre de l'Ecologie a dévoilé deux nouvelles options. Parmi elles, une retenue d'eau réduite de moitié (750 000 m3 contre 1,5 million de m3) en amont du projet initial, mais toujours à Sivens, ou la construction de petites retenues d'eau, surnommées "bassines", sur des sites proches. 

Vous êtes à nouveau en ligne