Australie : il faut 6,5 milliards d'euros pour sauver la Grande barrière de corail

La Grande barrière de corail, au large de l\'Etat australien du Queensland, le 7 janvier 2015.
La Grande barrière de corail, au large de l'Etat australien du Queensland, le 7 janvier 2015. (THIERRY GRUN / ONLY WORLD / AFP)

Le plus grand système corallien du monde est menacé par le changement climatique, les ruissellements agricoles et la prolifération de certaines étoiles de mer.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La Grande barrière de corail est en danger. Il ne sera plus possible de sauver les récifs si le gouvernement australien ne consacre pas 6,5 milliards d'euros d'ici dix ans pour améliorer de la qualité de l'eau, prévient une étude publiée dans la revue Estuarine, Coastal and Shelf Science Journal, jeudi 19 mai. 

Le plus grand système corallien au monde est menacé par le réchauffement climatique, les ruissellements agricoles et la prolifération des acanthasters, des étoiles de mer mangeuses de coraux. Ces coraux subissent surtout le pire épisode de blanchissement jamais enregistré : 93% des récifs sont affectés par ce phénomène, lié à la hausse de la température de l'eau.

La pollution aux engrais menace les coraux

"Le système actuel de gestion pour capturer les ruissellements polluants et affronter le changement climatique est clairement inadéquat pour empêcher de nouvelles dégradations", s'inquiètent les chercheurs de l'université James Cook dans cette étude.

Les ruissellements d'engrais perturbent la croissance des algues et des coraux en se déversant dans la mer. Ils favorisent en outre la croissance des couronnes d'épines, les étoiles de mer qui s'attaquent aux coraux.

Les scientifiques estiment donc que le gouvernement doit largement investir pour lutter contre cette pollution au cours de la prochaine décennie. "C'est maintenant ou jamais, il faut le faire pour obtenir une certaine résistance au changement climatique, insistent-ils. [Sans cela], la Grande barrière de corail en sera au stade terminal d'ici cinq ans."

Vous êtes à nouveau en ligne