Areva et Vinci épinglés pour leurs pratiques anti-développement durable

Evacuation d\'opposants au projet de construction de l\'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le 31 octobre 2012.
Evacuation d'opposants au projet de construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le 31 octobre 2012. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Les deux entreprises ont reçu un "prix Pinocchio" pour leurs politiques jugées négligeantes de l'environnement. Les groupes Lesieur, Bolloré et Eramet sont également pointés du doigt.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les Amis de la Terre veillent au grain pour mettre les entreprises face à leurs responsabilités en termes de développement durable : cette année, elles mettent à l'amende Lesieur, Areva, mais aussi les groupes Bolloré, Eramet et Vinci, qui se voient décernés mardi 13 novembre les prix Pinocchio 2012.

Ces récompenses peu glorieuses épinglent chaque année des entreprises pour des pratiques néfastes à l'environnement. Elles ont été décernées par le vote de 17 000 internautes, selon l'ONG. Voici les trois catégories et les lauréats bien involontaires de cette cinquième édition.

Areva : "Mains sales, poches pleines" 

Dans cette catégorie, qui pointe du doigt "l'opacité et le lobbying" des entreprises, les internautes ont retenu Areva pour l'impact de ses mines d'uranium en Afrique. Les Amis de la Terre estiment que le groupe "refus(e) de reconnaître sa responsabilité dans la dégradation des conditions de vie des populations vivant à proximité de ses mines d'uranium en Afrique".

Une accusation qui a été rejetée par Areva dans un communiqué. "Le taux de fréquence d'accidents dans les mines d'Areva au Niger est vingt fois inférieur à celui de l'industrie française", se défend le groupe, qui exploite deux sites miniers au Niger.

Lesieur : "Plus vert que vert"

Le groupe agro-alimentaire a lancé en 2011 une campagne "Aidons la corne de l'Afrique". Dans le cadre de cette opération, il a envoyé 70 tonnes d'huile végétale poru aider les populations africaines touchées par la famine.

Mais pour les Amis de la Terre, Lesieur s'achète là une bonne conscience à moindre coût :"Lesieur, via sa maison mère Sofiprotéol, est l'un des plus importants producteur et promoteur de l'industrie des agrocarburants", dénonce l'ONG, expliquant que le développement des agrocarburants joue un rôle majeur dans la hausse des prix alimentaires. Elle épingle Lesieur pour "greenwashing", soit du marketing destiné à projeter une image responsable de façon mensongère.

Bolloré et Eramet : "Une pour tous, tout pour moi"

Un projet d'exploitation de lithium en Argentine lancé en 2010 par les groupes Bolloré et Eramet a pour sa part reçu le prix dénonçant la surexploitation des ressources naturelles. Des communautés indigènes se sont élevées contre ce projet, et une procédure est en cours, notamment devant les Nations unies, expliquent les Amis de la Terre.

L'ONG précise néanmoins avoir été contactée par le groupe minier Eramet, qui "conteste un certain nombre d'informations" et affirme s'être retiré du projet en novembre 2011.

Vinci : Pinnochio d'honneur récidiviste

A noter enfin, l'attribution d'un "Pinocchio d'honneur" au groupe de BTP Vinci, impliqué dans le projet de construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, à Nantes, au cœur d'un conflit qui s'envenime, et dans une projet d'autoroute russe dénoncé par les populations locales.

Vous êtes à nouveau en ligne