5 800 kilomètres à vélo pendant quatre mois, un tour de France des alternatives pour le climat et la justice sociale

Pauline Boyer participe au tour Alternatiba, qui part de Paris samedi 9 juin
Pauline Boyer participe au tour Alternatiba, qui part de Paris samedi 9 juin (ANNE-LAURE BARRAL / RADIO FRANCE)

Le tour Alternatiba part de Paris samedi. Pendant quatre mois, les participants vont relayer les bonnes solutions pour lutter contre le réchauffement climatique et les inégalités.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Avec 200 étapes de 60 kilomètres en moyenne et des vélos de 3 ou 4 places, c'est un tour de France un peu particulier qui débute samedi 9 juin de Paris. Le Tour Alternatiba regroupe des militants du mouvement citoyen du même nom qui luttent contre le changement climatique et les inégalités économiques et sociales. Ces défenseurs d'une autre vision de la société proposent des solutions. Jusqu'au 6 octobre, ils vont faire le tour des initiatives mises en place en France.

Distribution de bons... et de mauvais points

L'une des étapes du Tour Alternatiba amènera les cyclistes au Village Emmaüs de Lescar-Pau, dans les Pyrénées Atlantiques. Germain Sarthy en est le responsable. "On fait de l'accueil de personnes en difficulté, on a une épicerie, une boulangerie, une ferme, on défend une autre manière de cultiver, et on peut tous être acteur, dans les ateliers de recyclage, du reconditionnement de toute la marchandise qu'on récupère", explique-t-il.

Le Tour Alternatiba ne se contentera pas de mettre en avant les solutions. Les participants comptent bien critiquer certaines décisions prises par l'État ou par des municipalités. Par exemple, à l'usine de la Mède, dans les Bouches-du-Rhône, qui va fabriquer des biocarburants. "Faire venir de l'huile de palme de l'autre côté du monde pour qu'on puisse rouler dans nos voitures, c'est complètement injuste parce qu'on détruit la forêt et on impacte les habitants et les animaux là-bas", regrette Pauline Boyer, l'une des militantes qui prendra son vélo pour faire quelques-unes des 200 étapes.

Vous êtes à nouveau en ligne