500 manifestants ont hué la mise en service de l'incinérateur de Fos-sur-Mer et la "trahison" de la parole de M.Caselli

Chantier du futur incinérateur de la ville de Marseille, le 26 octobre 2007, à Fos-sur-Mer.
Chantier du futur incinérateur de la ville de Marseille, le 26 octobre 2007, à Fos-sur-Mer. (AFP/BORIS HORVAT)

Après une campagne contre le projet aux municipales de 2008 à Marseille, ce dernier, une fois élu président PS de la communauté urbaine, a repris le dossier de l'incinérateur dont la construction avait été décidée par la droite.Le coût de l'incinérateur, qui doit compenser la fermeture de la décharge d'Entressen fin mars, est évalué à 430 millions.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Après une campagne contre le projet aux municipales de 2008 à Marseille, ce dernier, une fois élu président PS de la communauté urbaine, a repris le dossier de l'incinérateur dont la construction avait été décidée par la droite.

Le coût de l'incinérateur, qui doit compenser la fermeture de la décharge d'Entressen fin mars, est évalué à 430 millions.

"Honte à Eugène Caselli", a lancé René Raimondi, maire socialiste de Fos-sur-Mer en déposant une gerbe aux côtés des six élus des communes voisines de l'incinérateur sur laquelle on pouvait lire "Ci-gît la parole donnée". "On reste mobilisé, quoi qu'il arrive on va continuer à se battre", a ajouté M.Raimondi.

Les premiers déchets sont arrivés à la mi-novembre 2009 sur le site pour des "essais limités sur de faibles tonnages, mais aujourd'hui on rentre dans la montée en puissance de notre installation", a déclaré un porte-parole d'Evere, filiale du groupe espagnol Urbaser.

Une période, dite de la "mise en service industrielle", doit s'achever fin novembre 2010. A cette date, "l'usine sera opérationnelle à 100%", a déclaré M.Caselli. L'incinérateur pourra traiter à terme 410.000 tonnes de déchets par an dont 300.000 par incinération et 110.000 par méthanisation, selon l'exploitant Evere.

Les déchets, une question en débat
La question de la gestion des déchets en général et l'incinérateur en particulier donnent lieu depuis des années à des échanges houleux entre la communauté urbaine Marseille Provence Métropole et les communes voisines de l'usine de traitement de déchets. L'incinérateur, qui pèse sur son budget, l'a amenée début octobre 2009 à voter une hausse de la taxe d'enlèvement des ordures ménagères.

Les Verts, comme les communistes, sont opposés à l'implantation de cette usine. Pour les écologistes, qui prônent plutôt qu'une taxe d'enlèvement des ordures, une redevance basée sur la quantité de déchets produite par chaque ménage pour les inciter à réduire la taille de leurs poubelles et à trier davantage, il faut sortir de l'incinération.

Décidé par l'ancienne majorité UMP de la communauté urbaine Marseille Provence Métropole alors dirigée par le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, l'incinérateur vise à remplacer à terme la décharge d'Entressen.

Vous êtes à nouveau en ligne