35.000 morses en quête de banquise

(Les morses se sont rassemblés sur un rivage d'Alaska le 27 septembre © SIPA-Corey Accardo)

Un nombre impressionnant et anormalement élevé des mammifères marins se sont échoués sur une plage d'Alaska fin septembre. Certains chercheurs y voient une conséquence du réchauffement climatique.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Ils ont été repérés par satellite en début de semaine. Des milliers de morses collés les uns aux autres sur un tout petit bout de banquise. Quelques jours plutôt, ils n’étaient que 1.500 selon des experts de l’USGS, l'institut américain de géophysique. D'après l’un des chercheurs Chadwick Jay, ce nombre anormal de morses échoués "est vraiment une conséquence du réchauffement climatique" et de la "diminution de la couche de glace" dans l'océan Arctique à la fin de l'été. Ce phénomène a poussé ces morses vers la terre ferme.

 

D'ordinaire, ces animaux vivent sur la banquise et pêchent dans des eaux peu profondes. Mais faute de glace en cette fin d’été, les morses se sont rapprochés des côtes pour pouvoir pêcher et se reposer sur la plage. Ce phénomène propre aux morses du Pacifique et plus précisément de la Mer des Tchouktches, d'après l'USGS, "ne se produisait pas il y a dix ans", précise l'institut sur son site.

 

Si les experts ne savent pas encore si ce changement de comportement des morses peut avoir un impact sur leur mortalité, ils estiment que les bébés morses sont plus fragiles sur la terre ferme et que les animaux perdent plus d'énergie à rechercher des proies sur terre que lorsqu'ils sont installés sur la glace.

 

Vous êtes à nouveau en ligne