1.700 scientifiques britanniques réaffirment que le réchauffement climatique est provoqué par l'homme

Installation artistique au Bella Center de Copenhague
Installation artistique au Bella Center de Copenhague (AFP Adrian Dennis)

"Nous, membres de la communauté scientifique britannique, avons la plus grande confiance dans les preuves sur le réchauffement climatique (...) qui permettent de conclure que cela est principalement dû à l'activité humaine".Les scientifiques ont signé cette déclaration en réponse aux mails piratés d'experts soupçonnés de manipuler des données.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Nous, membres de la communauté scientifique britannique, avons la plus grande confiance dans les preuves sur le réchauffement climatique (...) qui permettent de conclure que cela est principalement dû à l'activité humaine".

Les scientifiques ont signé cette déclaration en réponse aux mails piratés d'experts soupçonnés de manipuler des données.

La publication de la pétition, révélée par le quotidien 'The Times' et confirmée jeudi par le Met Office (les services météorologiques britanniques), intervient au moment où sont réunis à Copenhague 193 pays pour trouver un accord contre le réchauffement climatique. Le Met Office a demandé à 70 scientifiques de signer et faire passer une pétition en réaction au scandale dit du , pour lequel une enquête de l'ONU a été lancée.

Le climategate
L'affaire concerne la publication sur Internet le mois dernier de milliers de courriers électroniques de chercheurs du prestigieux centre de recherches sur le climat (CRU) de l'Université d'East Anglia, dans l'est de l'Angleterre, victime d'un piratage informatique ou de fuites.

Plusieurs messages, dont certains provenant du directeur du CRU Phil Jones, indiqueraient que la communauté scientifique manipule les données sur le climat pour étayer la thèse d'un réchauffement dû aux activités de l'homme, selon les opposants à cette théorie. Phil Jones dément, affirmant que ces courriers ont été sortis de leur contexte, et l'Université d'East Anglia mène sa propre enquête.

A la suite du scandale, les responsables du Met Office ont lancé une pétition "défendant notre profession contre cette attaque sans précédent visant à nous discréditer, nous et la science du réchauffement climatique", a précisé un porte-parole des services météos.

Infographie animée sur l'effet de serre, son importance naturelle qui maintient la température moyenne du globe, et montrant la perturbation par des multiples activités humaines.

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Vous êtes à nouveau en ligne