Enlèvement d'un Français au Nigeria : qui est le groupe Ansaru ?

(Stringer Reuters)

Un groupe islamiste portant le nom d'Ansaru a revendiqué dimanche l'enlèvement d'un ingénieur français au Nigeria. Ce groupe, dissident du mouvement nigérian Boko Haram, est apparu il y a moins d'un an.

Ce ne sont ni Al-Qaïda au Maghreb
islamique (Aqmi), ni le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de
l'Ouest (Mujao) qui ont revendiqué l'enlèvement de l'ingénieur français au
Nigeria survenu mercredi dernier, mais un groupe jusqu'alors peu connu, Ansaru.
Le groupe explique l'enlèvement par le "rôle majeur " de la France
dans l'intervention planifiée au Mali.

Ansaru n'en est pas à son
fait d'armes : il est pointé du doigt dans l'enlèvement, en mars 2012, d'un
Britannique et d'un Italien. Les deux otages avaient été tués lors d'une tentative
de libération menée par les forces britanniques et nigérianes. Les autorités
avaient alors soupçonné le Boko Haram, un mouvement sectaire qui perpètre de
nombreuses attaques au Nigeria depuis 2009 et domine la région.

Ansaru, dissident de
Boko Haram

En réalité, Ansaru est un
groupe dissident de Boko Haram, né d'une scission, il y a moins d'un an. Le
mouvement se revendique comme "avant-garde pour la protection des
musulmans en Afrique noire
". Les raisons de cette scission : Ansaru
reproche à Boko Haram des "actions inhumaines et indisctinctes, dont
les musulmans sont les principales victimes
".

Le groupe dissident
reproche à la formation dont il est issu de ne pas avoir revendiqué
d'enlèvements d'Occidentaux, les vrais ennemis de l'Islam selon eux, dans le
nord du pays. Ils reprochent également à Boko Haram de s'en prendre essentiellement
à des Nigérians : ses cibles sont la minorité chrétienne et les symboles du
pouvoir fédéral.

En prenant ses distances
avec Boko Haram, Ansaru se serait rapproché, ces derniers mois, d'Aqmi. Les
raisons invoquées par le groupe suite à l'enlèvement de l'ingénieur français
semblent confirmer ces liens.