"C'est une longue lutte", les Biélorusses veulent voir partir Loukachenko

Le pouvoir biélorusse continue de mener des opérations contre l'opposition. Le 23h de franceinfo est parvenu à joindre un habitant francophone de Minsk qui révèle avoir peur. 

Ces derniers jours, de nouveaux membres de l'opposition biélorusse ont été arrêtés. Le président Loukachenko ne veut toujours pas quitter le pays. Les habitants ont peur. "Oui j'ai peur. Je participe aux manifestations parfois (…) J'ai beaucoup de connaissances qui ont été arrêtées. Je ne sais pas si je prends des risques mais il y a des cas où des gens ont donné des interviews et où ils ont été arrêtés", explique le guide francophone Roman Abramchuk depuis Minsk.

Foi en l'avenir

Tous les journalistes étrangers ont été sortis de Biélorussie. Certains soldats ont fraternisé aussi avec la foule, mais désormais ils arrêtent les gens. L'armée a-t-elle changé de camp ? "C'est compliqué. Il y a beaucoup de servants de la police, de soldats qui ont quitté l'armée ou le département mais il y en a beaucoup aussi qui continuent à servir. Ce n'est pas possible de changer les choses en un jour. C'est une longue lutte (…) Nous avons foi de faire partir Loukachenko. Les Biélorusses sont très braves et une solidarité est apparue ici, c'est nouveau pour nous. Chacun le voit", complète Roman Abramchuk.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne