Biélorussie : la police arrête des centaines de personnes lors d'une manifestation de femmes

Des femmes sont arrêtées par des policiers lors d\'un rassemblement de protestation contre les résultats de l\'élection présidentielle biélorusse, à Minsk, le 19 septembre 2020. 
Des femmes sont arrêtées par des policiers lors d'un rassemblement de protestation contre les résultats de l'élection présidentielle biélorusse, à Minsk, le 19 septembre 2020.  (TUT.BY / AFP)

Cette manifestation était la dernière en date d'une série de mobilisations de femmes en Biélorussie pour réclamer le départ d'Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis vingt-six ans.

Les forces anti-émeutes biélorusses ont arrêté, samedi 19 septembre, des centaines de personnes lors d'une marche de femmes à Minsk, contre le président Alexandre Loukachenko.

Environ 2 000 femmes participaient à cette marche, brandissant le drapeau blanc et rouge de l'opposition. La police a bloqué ce défilé et a arrêté des centaines de manifestants

Les membres de la police anti-émeute, cagoulés et en uniformes noirs, ainsi que des policiers en uniformes kaki et des policiers masqués en civil ont procédé aux arrestations. Des centaines de manifestants ont été rapidement traînés dans les véhicules de la police, certaines femmes étant portées par les policiers.

"Elles manifestent malgré les menaces" 

Cette manifestation était la dernière en date d'une série de mobilisations de femmes en Biélorussie, pour réclamer le départ d'Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis vingt-six ans, après sa réélection jugée frauduleuse le mois dernier.

Avant la manifestation, la cheffe de file de l'opposition, Svetlana Tikhanovskaïa, qui a dû se réfugier en Lituanie, a fait l'éloge des "femmes courageuses de Biélorussie". "Elles manifestent malgré les menaces permanentes et la pression", a-t-elle souligné dans un communiqué.

Parmi les femmes arrêtées se trouvait Nina Baguinskaïa, 73 ans, l'une des militantes les plus connues du mouvement de protestation contre Alexandre Loukachenko. Elle a ensuite été relâchée d'un poste de police. L'organisation de défense des droits humains Viasna a publié en ligne les noms de 217 femmes arrêtées à Minsk, soulignant que la liste était en cours d'actualisation. La police n'a pas fourni le nombre de personnes arrêtées.

Vous êtes à nouveau en ligne