L'Egypte se dote petit à petit d'un nouveau gouvernement

A gauche, Mohamed ElBaradei, investi vice-président de l\'Egypte, chargé des questions internationales, le 14 juillet 2013 au Caire.
A gauche, Mohamed ElBaradei, investi vice-président de l'Egypte, chargé des questions internationales, le 14 juillet 2013 au Caire. (EGYPTIAN PRESIDENCY / AFP)

Ancien ambassadeur aux Etats-Unis, Nabil Fahmy a accepté le portefeuille des Affaires étrangères et l'économiste libéral Ahmed Galal celui des Finances. 

Un calme précaire ? Le Premier ministre égyptien de transition, Hazem el Beblaoui, a continué dimanche 14 juillet de constituer son équipe gouvernementale, à la veille de nouvelles manifestations à l'appel des Frères musulmans. Ces derniers réclament toujours le rétablissement de Mohamed Morsi dans ses fonctions de président.

Ancien ambassadeur aux Etats-Unis, Nabil Fahmy a accepté le portefeuille des Affaires étrangères, signe de l'importance que Le Caire accorde à ses relations avec Washington, qui fournit une aide militaire annuelle de 1,3 milliard de dollars. Le secrétaire d'Etat adjoint américain Bill Burns se d'ailleurs rendra au Caire de dimanche à mardi pour y rencontrer des responsables du gouvernement par intérim. 

Mohamed ElBaradei, ancien directeur général de l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique), a été investi vice-président, chargé des questions internationales, poste qu'il s'était vu proposer voici quelques jours. L'économiste libéral Ahmed Galal, enfin, a annoncé dimanche après-midi avoir accepté le poste de ministre des Finances.