Disparition du MH370 : un an après le mystère reste entier

(Un an après la disparition du MH370 l'enquête n'a pas avancé © Reuters-Kim Kyung Hoon)

Le 8 mars 2014, le Boeing 777 de la Malaysia Airlines reliant Kuala Lumpur à Pékin disparaissait des radars avec 239 personnes à bord. Aucun débris n'a été retrouvé depuis mais les experts estiment que l'avion s'est abîmé dans le sud de l'océan Indien. La disparition du vol MH370, désormais qualifiée d'"accident", reste à ce jour un des grands mystères de l'aviation civile.

C’est un des plus grands mystères de l’aviation : la disparition du vol MH370 de la Malaysia Airlines au-dessus du Pacifique le 8 mars 2014. Comment un Boeing 777 a-t-il pu disparaître sans laisser de trace ? Dans un documentaire diffusé ce mardi soir sur RMC Découverte, des experts, dont Gérard Feldzer, ancien commandant de bord instructeur chez Air France et chroniqueur de France Info, et Jean Paul Troadec, ancien directeur du BEA, reviennent sur cette disparition. "On pense que, dans un premier temps, il a pu faire demi-tour, voulu faire demi-tour, et en fait il a refait cap vers l’ouest et là on a supposé qu’il allait vers l’île qui s’appelle Diego Garcia, où il y a une base américaine stratégique. Ensuite, il a repris cap vers le sud et là au bout d’un an on ne sait pas grand-chose ", explique Gérard Feldzer.

Trois hypothèses

Actuellement les enquêteurs estiment qu’il y a trois possibilités pour expliquer cette disparition : le suicide, l’attentat et l’ennui mécanique. "On peut supposer que s’il y a eu un attentat ce sont les passagers et les équipages qui se sont rebellés et qui ont empêché le pilote d’aller sur Diego Garcia", explique Gérard Feldzer qui n’y croit pas trop. "S’il y a eu un trou de balle dans l’avion, on peut supposer que tout le monde est mort et que l’avion a continué en pilote automatique jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’essence. C’est l’hypothèse de la société anglaise Inmarsat ", ajoute-t-il. Les enquêteurs ont découvert que l’avion transportait deux tonnes de batteries au Lithium qui peuvent s’enflammer et intoxiquer l’équipage. Une éventualité à ne pas négliger.

 

Un an après, le MH370 reste "le plus grand mystère de l’aviation aujourd’hui et ce sera le dernier parce que, depuis Rio, on a fait la recommandation de tracer l’avion seconde par seconde et d’envoyer des parties de boîtes noires en permanence, " explique Gérard Feldzer. 

De nouvelles mesures

Les autorités de l’aviation civile de plusieurs pays ont décidé de prendre de nouvelles mesures pour faciliter le suivi des appareils et les localiser plus rapidement en cas de problème. L’Australie, l’Indonésie et la Malaisie vont tester une nouvelle méthode de suivi des avions au-dessus de l’océan. Les appareils pourront ainsi être localisés toutes les 15 minutes, au lieu de 30 ou 40 minutes actuellement.

 

Lorsque le vol se déroulera normalement, "les compagnies aériennes devront obligatoirement suivre chacun de leurs avions grâce à un signal émis toutes les 15 minutes ", a précisé l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI). Ce n’est qu’en cas de situation anormale qu’il y aura un suivi minute par minute, précise l’OACI.

La disparition du MH370 reste "le plus grand mystère de l’aviation aujourd’hui", estime Gérard Feldzer, ancien commandant de bord chez Air France
--'--
--'--