Des restaurateurs chinois licencient leurs robots-serveurs

(Une fois l'effet de surprise passé, les serveurs-robots ont montré leurs limites © MaxPPP)

Le remplacement des hommes par les machines, ce n'est pas pour demain. En Chine, plusieurs restaurants ont licencié leurs robots-serveurs pour incompétence. Après avoir fait beaucoup de publicité autour de ce recrutement inédit, les robots n'ont (semble-t-il) pas donné entière satisfaction.

 La chaîne de restaurants Heweilai en avait fait sa marque de fabrique. Dans ses trois établissements de fondue chinoise à Canton, dans le sud du pays, des robots métalliques slalomaient entre les tables, servaient les plats... Ils pouvaient même parler : "Chers clients, voici votre commande. Si vous n'avez besoin de rien d'autre, s'il vous plait touchez ma tête et je repartirai ."

Peu efficace pour la restauration

Les clients étaient ravis, prenaient des photos, et les enfants s'amusaient à courir après ces automates à roulettes. Mais une fois l'effet de surprise passé, les serveurs-robots ont montré leurs limites. Comme s'en plaint Wang, le patron d'un des restaurants : "Ces robots ne peuvent pas porter de soupe, ou de plat en sauce sans les renverser. Ils ne peuvent suivre qu'un itinéraire défini. Et quand le restaurant est plein, c'est le bazar. En plus, ils tombent en panne! Les experts disent qu'il faut mieux sélectionner les secteurs dans lesquels les utiliser. Ils sont licenciés car ils ne correspondent pas à la restauration. "

Sur les trois restaurants Heweilai à Canton, deux ont fermé, et le dernier a remis ses robots au placard. Ils ont été remplacés par des serveurs et des serveuses en chair et en os.