Des milliers d'opposants russes (à nouveau) dans la rue

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Au lendemain de l'élection dès le premier tour de Vladimir Poutine à la tête du pays, plusieurs milliers de Russes ont manifesté à Moscou et à Saint-Pétersbourg. Ils dénoncent une véritable "farce" et réclament un nouveau scrutin. Environ 200 manifestants ont été interpellés.

Il y avait deux manifestations aujourd'hui à Moscou. La première réunissait des partisans de Vladimir Poutine, portant des panneaux "My president is back" (mon président est de retour). La seconde rassemblait tous les déçus de cette élection, plusieurs milliers de Russes qui dénoncent le retour triomphal de Poutine, élu avec 63% des voix sans même subir un second tour.

Près de 20.000 manifestants (14.000 selon la police) ont donc défilé cet après-midi pour réclamer "la fin des répressions politiques, l'investigation sur les fraudes massives, la réforme politique et des élections législatives et présidentielle anticipées".

"Cette élection est une farce"

Car visiblement, l'élection de Vladimir Poutine ne semble pas exemplaire. "C'est le moins que l'on puisse dire" , a même reconnu Alain Juppé, le ministre des Affaires étrangères français. L'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) dénonce des lacunes dans la préparation et la tenue de l'élection, notamment des fraudes pendant le scrutin. L'un des leaders de la contestation, Vladimir Ryjkov, est encore plus catégorique : "cette élection est une farce. Le pouvoir n'est pas légitime" , lance-t-il à la foule rassemblée à Moscou. "Nous allons continuer notre action pacifique tant que nos exigences ne seront pas remplies."

Édouard Limonov arrêté à Moscou

Au même moment, une centaine de manifestants étaient arrêtés à Saint-Pétersbourg, une centaine d'autres interpellés à Moscou. Et notamment l'écrivain Édouard Limonov, candidat malheureux à la présidentielle. Ses partisans tentaient de se réunir devant le bâtiment de la commission électorale centrale.

Des dizaines d'opposants ont également été arrêtés un peu plus tard, dans la soirée, toujours dans le cadre d'une manifestation anti-Poutine. Parmi eux, le blogueur russe Alexeï Navalny, et le dirigeant d'extrême-gauche Sergueï Oudaltsov.

C'est à Moscou que Vladimir Poutine a enregistré son plus mauvais score : 47% des suffrages, contre 68,6% à la présidentielle de 2004.

 

Vous êtes à nouveau en ligne