Des dizaines de milliers de Yéménites sont déscendus dans la rue ce matin à Sanna. Ils appellent l'ONU à intervenir.

Des manifestants anti Saleh, à Sanaa, samedi 8 octobre.
Des manifestants anti Saleh, à Sanaa, samedi 8 octobre. (MOHAMMED HUWAIS / AFP)

Les manifestants yéménites ont lancé un appel aux Nations-Unies pour qu'elles forcent le président contesté Ali Abadallah Saleh à quitter le pouvoir.

Les manifestants yéménites ont lancé un appel aux Nations-Unies pour qu'elles forcent le président contesté Ali Abadallah Saleh à quitter le pouvoir.

L'opposition au régime s'est dite favorable dimanche à un examen de la crise politique par le Conseil de sécurité, tandis que les troupes fidèles au président Saleh tiennent une grande partie de la capitale.

"Pourquoi le monde garde le silence alors que le peuple yéménite est tué", ont scandé les manifestants de la Place du changement, épicentre de la contestation dans le centre de Sanaa. "Notre manifestation est un message au Conseil de sécurité, pour lui demander de faire pression sur Saleh et les restes de son régime afin qu'ils partent", a déclaré à l'AFP l'un des organisateurs, Mohammad al-Assal, membre du comité des Jeunes de la révolution.

L'émissaire des Nations-Unies, Jamal ben Omar, doit présenter mardi un rapport sur la situation au Yémen. Le président Saleh, au pouvoir depuis 33 ans, refuse de démissionner malgré la vague de contestation populaire qui secoue le pays depuis janvier.