Décès du jeune chômeur qui s'est immolé mardi à Tunis

(Reuters)

Le jeune Tunisien au chômage qui avait mis le feu à ses vêtements mardi dans le centre de Tunis est mort ce mercredi à l'aube. Son geste désespéré rappelait l'immolation du vendeur de rue Mohamed Bouazizi,à l'origine du "Printemps arabe" de l'hiver 2011.

Il s'appelait Adel Khadri. C'était un vendeur de cigarettes à la sauvette. Il avait 27 ans. Ce mardi il s'est immolé  sur les marches du théâtre municipal, avenue Habib Bourguiba. Les témoins rapportent qu'il a crié : "Voilà la jeunesse qui vend des cigarettes, voilà le chômage".

Des passants se sont alors précipités sur lui pour éteindre le feu. Puis Il a été transporté à l'hôpital de Ben Arous, dans la banlieue de Tunis.

Ce mercredi matin, Imed Touibi, le directeur de ce Centre des grands
brûlés indique qu'il "est mort des suites de ses graves brûlures."

Un quart de la population tunisienne sous le seuil de pauvreté*


Deux ans après le
renversement du régime Ben Ali, le pays reste reste confronté à de
graves difficultés économiques. Le chômage concerne 
17% de la population active dont 170.000 titulaires de diplômes
universitaires. Et un quart de la population vit sous le seuil de
pauvreté.

Vous êtes à nouveau en ligne