Darfour : 94 morts dans des combats entre tribus rivales

(SIPA Autre)

Vendredi et samedi, des combats ont opposés deux tribus du Darfour, dans l'ouest du Soudan. Ce dimanche, le bilan provisoire fait état de 94 morts. Ces violents affrontements surviennent un mois à peine après la conclusion d'une trêve entre les deux groupes.

 94 personnes auraient perdu la vie vendredi et samedi,
dans des affrontements entre tribus rivales pour des querelles de terre au Darfour. Près d'un mois
après une trêve censée apaiser les tensions, ce massacre signe la reprise des
combats entre les tribus Salamat et Misseiriya.

Différentes versions des faits

Ahmed Khiri, présenté comme le chef des combattants de la
tribu des Misseriya, a déclaré avoir perdu huit de ses hommes, et les Salamat "86
des leurs
". Il a par ailleurs  expliqué
que les combats avaient éclaté vendredi suite à une tentative d'attaque de la
tribu adverse.

Pour sa part, le chef des combattant Salamat a affirmé que
leur village aurait été attaqué par les Misseryia, tuant 52 de leurs hommes.

La police exclue des conflits

Liées dans une mission commune, l'ONU et l'Union africaine considèrent que les rivalités tribales constituent la principale source de l'augmentation de
tension au Darfour. De janvier à mai 2013, 300.000 personnes ont été contraintes
à la migration, soit deux fois plus que sur les deux années 2011 et 2012
combinées.

Remontant au mois d'avril, les derniers heurts entre Misseriya et
Salamat avaient déjà tué 18 personnes. 50.000 personnes avaient migré du
sud-ouest du Darfour vers le Tchad afin de fuir les
combats, selon l'ONU. 

A cette époque, un chef de la tribu Salamat avait reproché
à une unité spéciale de la police du Darfour-Ouest,
d'avoir participé à des combats entre Misseriya et Salamat. Sur les 10
dernières années, les rebelles du Darfour n'ont cessé de
combattre le gouvernement.