Daech multiplie les attentats mais recule en Irak et en Syrie

(Des forces irakiennes après la reprise de Fallouja fin juin © REUTERS / Thaier Al-Sudani)

Alors que le ramadan a été marqué par une série d'attentats qui ont fait plus de 400 morts à travers le monde, l'Etat islamique recule sur tous les fronts. Une série de revers a forcé l'organisation djihadiste à abandonner une partie de son territoire en Irak et en Syrie.

 C'est en Irak que le recul du groupe Etat islamique est le plus significatif. En moins d'une année, les djihadistes ont perdu près de 40% du territoire qu'ils contrôlaient. Epaulée par la coalition internationale, l'armée irakienne a chassé Daech des villes de Tikrit, l'ancien fief de Saddam Hussein, de Ramadi et récemment de Fallouja. Tous les yeux sont désormais rivés sur Mossoul, la grande métropole du nord du pays, deuxième ville d'Irak, peuplée de deux millions d'habitants et occupée par les djihadistes depuis deux ans.

A LIRE AUSSI ►►► Des forces irakiennes après la reprise de Fallouja fin juin

En Syrie voisine, Daech recule également. Les djihadistes ont perdu 20% des zones peuplées qu'ils dominaient. La cité de Palmyre a été libérée par l'armée syrienne soutenue par la Russie alors que plusieurs villes stratégiques le long de la frontière avec la Turquie ont été reprises par les FDS, les forces démocratiques syriennes, une coalition de groupes locaux dominés par les Kurdes avant la bataille de Rakka qui constitue, comme Mossoul, l'objectif final des adversaires du groupe Etat islamique.

Vous êtes à nouveau en ligne