Crash du SpaceShipTwo : un coup d'arrêt au tourisme spatial ?

(Richard Branson, PDG de Virgin, et Burt Rutan, le concepteur du SpaceShip Two, derrière un prototype de navette spatiale. ©MaxPPP)

L'accident du vaisseau de Virgin Galactic vendredi soir dans le désert californien porte un coup dur au rêve de voyages privés dans l'espace. Le premier vol commercial aurait dû être lancé à Noël.

L'espace fascine, mais à quel prix? Avec le crash du vaisseau SpaceShipTwo et la mort d’un des deux pilotes, c’est le rêve de mettre l’espace à la portée des particuliers qui a pris un coup dur. Le  milliardaire britannique Richard Branson espérait lancer le premier vol commercial suborbital dès Noël et être ainsi le pionnier du tourisme spatial. Cet accident, dont les causes sont encore inconnues, est un revers cuisant pour l’entrepreneur.

 

Combatif, Richard Branson a juré, peu après le crash, poursuivre son programme de vols spatiaux commerciaux. "Nous avons toujours su que la route de l’espace était extrêmement difficile. Tous les nouveaux moyens de transports doivent passer par des jours difficiles au début de leur histoire".  SpaceShipTwo est le pendant commercial de SpaceShipOne, le premier vaisseau privé qui a atteint en 2004 la frontière de l’espace.

Space is hard - but worth it. We will persevere and move forward together http://t.co/kJGG0NQTNf

— Richard Branson (@richardbranson) 

"L'espace est difficile - mais en vaut la peine. Nous allons persévérer et aller de l'avant ensemble."

La fin du tourisme spatial?

 

Plusieurs experts analysent cet accident comme un désaveu pour la firme américaine, qui depuis dix ans accumule des retards de fabrication. Pour Marco Caceres, chercheur du cabinet spécialisé Teal Group, "on ne devrait pas voir de vols commerciaux de tourisme spatial l’an prochain et probablement pas avant plusieurs années" .

 

Patrick Baudry, l'un des premiers astronautes français, ne veut pas voir dans ce terrible accident un coup d'arrêt aux voyages privés dans l'espace. " Ce n'est pas la fin. L'important c'est l'exploration, de dépasser les limites humaines. Le tourisme spatial est un domaine noble. Il continuera." 

 

"Le tourisme spatial est un domaine noble. Il continuera" (Patrick Baudry)
--'--
--'--

Un billet à 250.000 dollars

 

Le fantasme de rendre l’espace accessible à tous et de repousser les limites des possibilités humaines n’est pas nouveau, mais semblait toucher au but.  "C’est vraiment triste ! Virgin Galactic était la société la plus avancée dans la démocratisation de l’espace qui allait permettre à des non-professionnels de découvrir le Soleil noir en plein jour, d’admirer la couleur de la Terre, de vivre quelques minutes en apesanteur " , explique Jean-François Clervoy, astronaute français pour l'Agence spatiale européenne.

"Virgin Galactic était la société la plus avancée dans la démocratisation de l’espace" (Jean-François Clervoy)
--'--
--'--

 

Des agences de voyages spatiales fleurissent chaque année, à l’instar de XCOR Aerospace. La firme Bigelow Aerospace espère même ouvrir des hôtels orbitaux d’ici une décennie. Ce secteur touristique est d’autant plus florissant que la demande est grande. 

A 250.000 dollars (près de 200.000 euros) le billet pour une dizaine de minutes dans l'espace à bord d’un vaisseau de Virgin Galactic, le tourisme spatial ne sera pas à la portée de tous. Des centaines de personnes ont déjà réservé le précieux sésame.

Des célébrités comme l'acteur américain Ashton Kutcher (That’s 70’s show, L’effet papillon  ), le couple hollywoodien Brad Pitt et Angelina Jolie ou encore le chanteur Justin Bieber ont même versé à la société américaine un acompte.

En 2013, la star américaine Leonardo Di Caprio (Titanic, Le loup de Wall-Street ) a même vendu aux enchères un voyage spatial avec lui. Pour la coquette somme de 1,2 milliard de dollars, entièrement reversée à une association caritative de recherche contre le Sida. Sera-t-il encore une vedette lorsque ce vol aura lieu? Là est toute la question.

Vous êtes à nouveau en ligne