EN IMAGES. Corée du Sud : des veillées aux chandelles organisées en hommage aux victimes de la bousculade mortelle de Séoul

Des milliers de personnes se sont rassemblées dans la capitale pour rendre hommage aux 156 victimes du mouvement de foule.

Un moment de recueillement, une semaine après la dramatique bousculade de Séoul. Des veillées aux chandelles et autres commémorations ont été organisées, samedi 5 novembre, en Corée du Sud, à la mémoire des 156 personnes tuées dans un mouvement de foule lors de la fête de HalloweenDans le quartier d'Itaewon, non loin des lieux du drame, une marée de fleurs blanches et des hommages écrits ont été déposés.

Dans le centre de la capitale sud-coréenne, des milliers de personnes se sont rassemblées pour une veillée organisée par un groupe citoyen lié au principal parti d'opposition sud-coréen, avec de nombreuses pancartes appelant le président Yoon Suk-yeol à la démission, alors que des interrogations sur le dispositif de sécurité ont émergé.

16
Des fleurs et une affiche faisant référence au premier appel à la police le soir de la bousculade mortelle dans le quartier d'Itaewon, à Séoul (Corée du Sud). KANG JIN-KYU / AFP
26
Des écrits déposés dans le quartier d'Itaewon, le 5 novembre 2022, en hommage aux 156 victimes de la bousculade mortelle de Séoul.  KANG JIN-KYU / AFP
36
Des milliers de personnes se sont rassemblées près de l'hôtel de ville de Séoul, le 5 novembre 2022, en hommage aux victimes de la bousculade. Certains manifestants tenaient des pancartes exigeant la démission du président Yoon Suk-yeol, pointé du doigt par l'opposition en raison du nombre insuffisant de policiers présents le soir du drame. CHRIS JUNG / NURPHOTO / AFP
46
Les participants à la veillée aux chandelles organisée à Séoul, le 5 novembre 2022. AHN YOUNG-JOON / AP
56
Une femme prie devant le mémorial en hommage aux victimes, à Séoul, le 5 novembre 2022. KANG JIN-KYU / AFP
66
Une veillée aux chandelles en souvenir des 156 victimes de la bousculade de Séoul, en Corée du Sud, le 5 novembre 2022. JUNG YEON-JE / AFP
Vous êtes à nouveau en ligne