VIDEO. "Des Français ont été kidnappés par la Corée du Nord", témoigne une ancienne espionne dans "Pièces à conviction"

Pièces à conviction/France3

Une ancienne recrue des services secrets nord-coréens affirme qu’au moins une Française a été kidnappée par le régime de Pyongyang dans les années 1980. Un témoignage exceptionnel, dévoilé par "Pièces à conviction". Extrait.

L’ancienne espionne nord-coréenne Kim Hyun hee est aujourd’hui une terroriste repentie. En 1987, elle a été reconnue coupable d’avoir posé une valise piégée dans un avion de la Korean Air. Bilan : 115 morts. Arrêtée, puis condamnée à mort en Corée du Sud, elle a finalement été graciée en échange d’informations sur le régime de Pyongyang. Sa parole est précieuse : elle confirme la présence en Corée du Nord, au milieu des années 1980, d’au moins une Française kidnappée.

"Elle avait de grands yeux bleus"

Kim Hyun hee explique ce qu’elle a entendu et vu à Pyongyang : "Il y a eu des Français kidnappés par la Corée du Nord. Et j’ai même vu une photo. Un jour, j’étais dans une de nos résidences réservées, une cuisinière m’a raconté qu’auparavant, une Française habitait cette maison. Elle avait été séduite par un espion de chez nous. Il l’avait convaincue de venir avec lui à Pyongyang. Arrivée ici, il l’a remise aux officiers supérieurs et il a disparu. Elle a protesté en hurlant : ‘Allez le chercher, allez le chercher !’ Les officiers ont été obligés de la frapper. Elle pleurait tellement ! La cuisinière m’a même montré une photo d’elle. Je me souviens qu’elle était très belle et qu’elle avait de grands yeux bleus."

A plusieurs reprises, le Japonais Tsutomu Nishioka, président de la NARKN, l'Association pour le sauvetage des Japonais kidnappés par la Corée du Nord, a signalé à l’ambassade de France à Tokyo le cas de plusieurs Françaises retenues contre leur gré par le régime de Pyongyang. Mais la France n’a pas confirmé la réalité de ces affaires.

Extrait de "Sur la piste des Françaises kidnappées par la Corée du Nord", un reportage à voir le mercredi 31 janvier sur France 3.

Vous êtes à nouveau en ligne