Tir de missile nord-coréen : "On est devant un mur", déplore la Coalition internationale pour l'abolition des armes nucléaires

Des habitants de Pyongyang, lors du tir de missile nord-coréen, le 29 novembre 2017.
Des habitants de Pyongyang, lors du tir de missile nord-coréen, le 29 novembre 2017. (KIM WON-JIN / AFP)

Pour le représentant en France de la Coalition internationale pour l'abolition des armes nucléaires (Ican) Jean-Marie Collin, "la seule interrogation maintenant […] c’est de savoir s'ils sont capables de transporter cette ogive nucléaire dans ce missile et que cette ogive arrive à destination".

Au lendemain d'un nouveau tir de missile balistique intercontinental de la Corée du Nord, Jean-Marie Collin, représentant en France de la Coalition internationale pour l'abolition des armes nucléaires (Ican), estime mercredi 29 novembre sur franceinfo que l'on est finalement "devant un mur".

franceinfo : C'est le 9e essai réalisé depuis le début de l'année par la Corée du Nord. C'est le plus puissant. Est-ce inquiétant ?

Jean-Marie Collin : Oui, c’est inquiétant. Cela veut dire que le programme qu’ils ont lancé depuis plusieurs années est véritablement en route et se profile une véritable force de dissuasion nucléaire dans les prochaines années pour Pyongyang. Évidemment, c’est une menace pour cette partie du monde et pour l’ensemble de la planète et ça pose véritablement la question de la menace des armes nucléaires.

Considérez-vous aujourd’hui la Corée du Nord comme une puissance nucléaire ?

Je pense que ce serait se voiler la face que de ne pas la considérer comme telle. Il y a eu six essais nucléaires depuis 2006 et tous les essais ont fonctionné avec des puissances de plus en plus importantes. Dans le même temps, un certain nombre d’essais de missiles balistiques de tout ordre […]. C’est une évidence que la Corée du Nord a la capacité de construire des armes nucléaires et la seule interrogation maintenant […] c’est de savoir s'ils sont capables de transporter cette ogive nucléaire dans ce missile et que cette ogive arrive à destination. C’est la seule interrogation mais je ne doute pas qu’ils puissent y arriver vu la façon dont ils sont parvenus à accélérer leur programme depuis 2006 et à aller de succès en succès malheureusement.

Les sanctions sont-elles inefficaces ?

Les sanctions sont efficaces si elles sont réalisées. Comme elles ne sont pas réalisées, elles ne sont pas efficaces. Il est évident que ce n’est pas la France qui commerce énormément avec la Corée du Nord. Si elle décide de bloquer ses comptes ou de rompre ses actions commerciales avec la Corée du Nord, cela ne va pas avoir d’influence. Par contre, si les Chinois réalisaient pleinement les sanctions ainsi qu'un certain nombre d’Etats africains, là, cela pourrait marcher. La Chine joue un double jeu, c’est une évidence. Elle le fait un peu moins depuis ces derniers mois car elle commence à trouver que la Corée du Nord est un allié encombrant mais, depuis 2006, on a perdu énormément de temps. Ce qui est triste dans cette histoire, c’est que les grandes puissances n’ont voulu faire qu’un seul axe de travail, c’est-à-dire une seule politique de sanction. Ce n’est pas comme cela qu’on réalise des actions diplomatiques. Il faut donner forcément à son adversaire une sorte de porte de sortie et cela n’a jamais été fait. On arrive maintenant au fait que la Corée du Nord dispose d’un arsenal nucléaire ou disposera au plus tard d'ici deux ans d'un arsenal nucléaire et donc on est devant un mur finalement.