La Corée du Nord redémarre un réacteur nucléaire et menace les Etats-Unis

Le leader nord-coréen Kim Jong-Un sur le chantier d\'une centrale électrique dans la province de Ryanggang, une image publiée le 14 septembre 2015 par l\'agence de presse nord-coréenne et prise à une date indéterminée.
Le leader nord-coréen Kim Jong-Un sur le chantier d'une centrale électrique dans la province de Ryanggang, une image publiée le 14 septembre 2015 par l'agence de presse nord-coréenne et prise à une date indéterminée. (KCNA / AFP)

Les Etats-Unis ont appelé Pyongyang a éviter les "provocations irresponsables". Le réacteur est considéré comme la principale source de plutonium de la Corée du Nord, cruciale pour son programme nucléaire.

La Corée du Nord a annoncé, mardi 15 septembre, qu'elle avait redémarré un réacteur nucléaire crucial pour son programme atomique. Le pays lancera aussi prochainement plusieurs fusées dans l'espace, une façon déguisée de tester des missiles, aux yeux des Etats-Unis et leurs alliés.

L'auteur de ces annonces, le directeur de l'Institut de l'énergie atomique nord-coréen, a même menacé les Etats-Unis : face à la politique de ces derniers, jugée "hostile", la Corée du Nord "se tient prête à riposter à n'importe quel moment avec l'arme nucléaire". "La Corée du Nord devrait s'abstenir de provocations irresponsables qui ne font qu'aggraver les tensions régionales", a réagi un porte-parole de la Maison Blanche.

Un site qui peut produire assez de plutonium pour une bombe nucléaire par an

Le réacteur de Yongbyon avait été fermé en 2007 dans le cadre d'un accord international échangeant désarmement contre aide humanitaire. Il est, selon les experts, capable de produire environ six kilogrammes de plutonium par an, soit une quantité suffisante pour une bombe nucléaire.

Lundi, la Corée du Sud avait dénoncé un "acte grave de provocation" après l'annonce par Pyongyang de son intention de lancer des fusées, à l'occasion du 70e anniversaire du parti au pouvoir, le 10 octobre. Officiellement, ces tirs ont pour but de mettre en orbite des satellites, mais la Corée du Sud et les Etats-Unis les voient comment des tests déguisés de missiles ballistiques.

Vous êtes à nouveau en ligne