L'ONU impose de nouvelles sanctions à la Corée du Nord

Les membres du Conseil de sécurité de l\'ONU lors du vote de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord, le 7 mars 2013 à New York (Etats-Unis). 
Les membres du Conseil de sécurité de l'ONU lors du vote de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord, le 7 mars 2013 à New York (Etats-Unis).  (SPENCER PLATT / GETTY IMAGES / AFP)

Le Conseil de sécurité réagit ainsi au troisième essai nucléaire de Pyongyang. 

"Frapper durement" le régime communiste et "accentuer (son) isolement". C'est l'objectif des nouvelles sanctions adoptées par le Conseil de sécurité de l'ONU, jeudi 7 mars, à l'encontre de la Corée du Nord. Cette résolution intervient en réaction au troisième essai nucléaire de Pyongyang, le 12 février dernier.

Elle prévoit de tarir les sources de financement utilisées par Pyongyang pour nourrir ses ambitions militaires et balistiques. La résolution met également sous surveillance les diplomates nord-coréens et ajoute sur une liste noire plusieurs particuliers ou entreprises soumis à des gels d'avoirs et des interdictions de voyager. Ces mesures - âprement négociées entre Washington et Pékin, allié traditionnel de Pyongyang - s'ajoutent à une série de sanctions prises à l'encontre du régime communiste depuis qu'il a mené son premier essai nucléaire en 2006.

Les Etats-Unis menacés d'"une attaque nucléaire préventive"

La décision du Conseil de sécurité intervient également dans un contexte d'escalade verbale entre la Corée du Nord et les Etats-Unis. Après avoir menacé de dénoncer l'accord d'armistice mettant fin à la guerre de Corée en 1953, le régime de Pyongyang a une nouvelle fois musclé sa rhétorique belliqueuse. "Puisque les Etats-Unis s'apprêtent à déclencher une guerre nucléaire, (nos) forces armées révolutionnaires (...) se réservent le droit de lancer une attaque nucléaire préventive pour détruire les bastions des agresseurs", a déclaré un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères.

Les Etats-Unis ont répondu être "tout à fait capables" de se défendre contre toute attaque de missile nord-coréen. La Maison Blanche a par ailleurs répété que la Corée du Nord ne gagnerait rien à multiplier les menaces et les provocations.

Vous êtes à nouveau en ligne