Inondations en Corée du Nord : Pyongyang veut faire des régions sinistrées "un monde féérique"

Photo diffusée le 8 octobre 2015, montrant le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un inspectant un village construit dans le district de Sonbong après des inondations à Rason.
Photo diffusée le 8 octobre 2015, montrant le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un inspectant un village construit dans le district de Sonbong après des inondations à Rason. (KNS / KCNA / AFP)

Les habitants des zones touchées auront, "dans l'année", "un doux nid", selon l'agence officielle nord-coréenne.

La Corée du Nord a annoncé, dimanche 11 septembre, que les inondations touchant le nord-est du pays avaient détruit "des dizaines de milliers" de maisons et de bâtiments publics. Aucun bilan humain n'a été donné par l'agence officielle KCNA, qui évoque toutefois de "grandes souffrances" pour les habitants de la province du Hamgyong du Nord.

Pyongyang a promis une grande mobilisation "pour offrir un doux nid aux personnes touchées par les inondations et transformer dans l'année les zones sinistrées en un monde féérique sous l'égide du Parti des travailleurs".

Une soixantaine de victimes

Les Nations unies avaient fait état, la semaine dernière, d'une des pires crues du fleuve Tumen, qui marque une partie de la frontière entre la Corée du Nord sur une rive et la Chine et la Russie sur l'autre.

Citant des données obtenues du gouvernement nord-coréen, le Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU avait annoncé que 60 personnes avaient péri dans ces inondations, et que 44 000 autres étaient sans-abri.

Une "bataille des 200 jours"

Début juin, alors que s'achevait à peine une campagne de 70 jours pour renforcer la production, la Corée du Nord avait lancé une nouvelle mobilisation, la "bataille des 200 jours", pour doper l'économie. Cette mobilisation des 200 jours sera redirigée vers les sinistrés.

Les Nord-Coréens ont l'habitude des campagnes massives de mobilisation obligatoire où le degré de participation des gens est observé de près et sert à mesurer leur fidélité au régime.

Faute d'infrastructures et d'aménagements adéquats, la Corée du Nord est particulièrement vulnérable aux catastrophes naturelles, en particulier aux inondations dues notamment à la déforestation des collines.