Chypre doit 6 milliards d'euros de plus que prévu

Dans le centre de Nicosie, à Chypre, le 11 avril 2013. Les gros comptes de Bank of Cyprus doivent subir une ponction qui pourrait aller jusqu\'à 60%.
Dans le centre de Nicosie, à Chypre, le 11 avril 2013. Les gros comptes de Bank of Cyprus doivent subir une ponction qui pourrait aller jusqu'à 60%. (PATRICK BAZ / AFP)

La dette du pays a été revue à la hausse, à 23 milliards d'euros au lieu de 17 milliards. 

L'addition est plus lourde que prévu. Chypre devra finalement trouver 13 milliards d'euros, soit six milliards de plus que prévu initialement dans le cadre d'un plan de sauvetage international de l'île. Le porte-parole du gouvernement, Christos Stylianides, a annoncé jeudi 11 avril que la dette du pays avait été revue à la hausse, à 23 milliards d'euros au lieu d'environ 17,5 milliards.

Les besoins prévus de financement de l'Etat ont augmenté en raison d'une récession plus forte que prévue qui assèche ses recettes.

Cette annonce intervient à la veille d'une réunion à Dublin (Irlande) des ministres des Finances de la zone euro. Ils doivent se prononcer sur les mesures que doit mettre en oeuvre Nicosie pour bénéficier de l'aide internationale et recevoir comme prévu un premier versement début mai. Ils devraient a priori donner "un feu vert politique", selon un diplomate européen.

Le secteur bancaire restructuré

Le plan de sauvetage conclu le 25 mars entre Chypre et les bailleurs de fonds internationaux - Union européenne, Fonds monétaire international (FMI) et Banque centrale européenne (BCE) - prévoit théoriquement que Chypre reçoive 9 milliards d'euros de la zone euro, via son fonds de secours, et 1 milliard du FMI. En échange, le pays devait trouver initialement 7 milliards d'euros, une somme évaluée désormais à 13 milliards, soit plus de 75% du PIB.

La majeure partie viendra de la restructuration du secteur bancaire, qui comprend une ponction sur les plus gros créanciers, y compris les déposants. La première banque du pays, Bank of Cyprus, est en cours de réorganisation, et la deuxième, Laïki, en cours de liquidation. Les gros comptes de Bank of Cyprus doivent subir une ponction qui pourrait aller jusqu'à 60%, et ceux de la Laïki resteront gelés pendant des années, avant qu'un éventuel solde ne soit versé à leur titulaire une fois la banque dissoute.

Vous êtes à nouveau en ligne