VIDEO. Chine : les sauveteurs fouillent la montagne de boue et de terre 48 heures après l'éboulement meurtrier

REUTERS et APTN

Les espoirs de survie sont quasi-nuls pour les 76 disparus, bien qu'un premier corps ait été retiré mardi de l'énorme amas de boue.

Pelleteuses et autres engins de chantier continuent leurs recherches, mardi 22 décembre, 48 heures après l'immense éboulement d'une montagne de milliers de tonnes de terre et de débris à Shenzhen (sud de la Chine). Les espoirs de survie sont quasi-nuls pour les 76 disparus, bien qu'un premier corps ait été retiré mardi de l'énorme amas de boue.

Première mort confirmée

Des jeunes Chinois sont venus avec leurs drones pour aider les secouristes au survol de la montagne de boue. Quelque 3 000 sauveteurs – pompiers, militaires et secouristes – travaillent sur le site, aidés par trente chiens renifleurs. Le corps dégagé mardi matin représente la première mort confirmée de ce désastre de grande ampleur en Chine.

Le théâtre du drame est hautement symbolique : Shenzhen, située dans la province du Guangdong, est emblématique de la modernité chinoise. Modeste port de pêche au début des années 1980, la localité a été transformée en mégalopole de dix millions d'habitants à force d'un urbanisme effréné. 

La catastrophe résulterait d'une véritable montagne de terre, issue de travaux de construction et accumulée illégalement, que des pluies récentes ont détrempée, selon une publication du ministère du Territoire et des Ressources.

Vous êtes à nouveau en ligne