Six questions autour de la naissance des pandas au zoo de Beauval

Huan Huan, la femelle panda du zoo de Beauval, à Saint-Aignan (Loir-et-Cher), le 26 juillet 2017.
Huan Huan, la femelle panda du zoo de Beauval, à Saint-Aignan (Loir-et-Cher), le 26 juillet 2017. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

La femelle panda Huan Huan, pensionnaire du zoo de Beauval (Loir-et-Cher), a donné naissance à des jumeaux. Un événement rare en France.

C'était une double naissance très attendue : Huan Huan, la femelle panda du zoo de Beauval, a mis bas, vendredi 4 août. Un événement pour les soigneurs qui la surveillent 24 heures sur 24 grâce à cinq caméras et un micro.

Il faut dire que les naissances sont relativement rares chez ces animaux, menacés d'extinction. Et que Beauval est, par ailleurs, le seul parc zoologique français à accueillir des pandas. Franceinfo répond à six questions sur cet évènement. 

La reproduction des pandas est-elle difficile ?

Il existe de nombreuses conditions à réunir pour que les pandas géants puissent se reproduire : "La femelle n’est disposée que trois jours par an et fécondable une seule journée, voire quelques heures seulement", explique à La Croix Baptiste Mulot, vétérinaire et directeur de la recherche au zoo de Beauval. 

De plus, Le Monde rapporte que les mâles ont du mal à discerner quand la femelle est en chaleur et que l'acte sexuel est souvent bien trop rapide pour que celle-ci soit fécondée. Dans la nature, en Chine, la reproduction relève de la prouesse : les pandas atteignent leur maturité sexuelle vers l’âge 6 ans, vivent en solitaire et se rejoignent au moment des chaleurs, selon Baptiste Mulot.

Comment les soigneurs du zoo ont-ils fait pour permettre la reproduction ?

En mars, le mâle Yuan Zi – "fils de celui qui a la tête ronde", en chinois – a été placé dans le même enclos que la femelle Huan Huan. Les deux pandas ont été prêtés, par la Chine, au zoo de Beauval en 2012 pour une durée de dix ans. Mais la rencontre est infructueuse : "En mars, nous avons su que Huan Huan était féconde grâce aux prises d’urine. A ce moment-là, nous l’avons mise en présence de Yuan Zi, mais ils ne sont pas parvenus à s’accoupler", explique, au Monde, Delphine Delord, la directrice de la communication de Beauval. 

"Le mâle ne savait pas trop comme s'y prendre. Il a essayé, mais il n'a pas trop insisté, il est reparti manger son bambou", explique à France Bleu Rodolphe Delord, le directeur du zoo. Les experts ont donc procédé à une insémination artificielle, ce qui avait déjà été le cas l'an dernier. Mais Huan Huan avait alors fait une fausse gestation. 

Pourquoi la grossesse a-t-elle été découverte aussi tard ?

Huan Huan a été inséminée en mars. Le zoo a su seulement le 26 juillet qu'elle attendait un petit. Cette découverte tardive est due à plusieurs raisons. Le panda présente la particularité de pouvoir bloquer sa gestation pendant 1 à 4 mois de façon à ce que la naissance se produise à la belle saison, selon le docteur Mulot. Une façon, pour la femelle, de s'assurer des jours plus longs et plus chauds, et la présence de davantage de bambous (sa nourriture principale) lors de la naissance de ses enfants. Huan Huan a donc patiemment attendu la mi-juillet pour sortir de cette période de blocage, appelée diapause embryonnaire.

FRANCE 3

Lorsque la femelle entre en gestation, le foetus se développe très rapidement. "[La gestation] dure cinquante jours, explique Jérôme Pouille,  ambassadeur mondial des pandas géants, à 20 minutes. Mais l’embryon se développe principalement les derniers jours. Avant il ne fait que quelques centimètres et n’est pas facile à voir à l’échographie."

Les vétérinaires ont eu la puce à l'oreille grâce à un changement d'habitude chez la femelle panda : "Elle avait un pic d’hormones, dormait tout le temps, mangeait beaucoup moins, ne voulait plus quitter sa loge de nuit", explique Delphine Delord au Monde. On ne savait pas encore s’il s’agissait d’une gestation ou d’une fausse gestation, comme elle l’a faite en 2016." 

Une échographie a levé le doute, non sans surprise : Huan Huan a non pas un, mais deux petits pandas dans son ventre. 

Pourquoi la mère risque d'abandonner un des jumeaux ? 

Sauf que la femelle est capable d'élever seulement un seul petit à la fois. Dans la nature, elle se concentre sur le plus fort des deux nouveau-nés. "En élevant les deux, elle prendrait le risque de manquer d’énergie et de mettre en péril sa vie et celles de ses nourrissons", détaille Jérôme Pouille. Déjà, vendredi soir, la mère ne s'occupait que du deuxième bébé, celui en meilleure forme. 

Hors de question, pour le zoo de Beauval, d'abandonner l'un des pandas à son sort. "Nous allons lui confier alternativement les nouveau-nés toutes les deux heures de façon que chacun reçoive le premier lait, le colostrum, riche en anticorps qui les défendent contre les infections. Le reste du temps, ils seront mis en couveuse chauffante", explique Baptiste Mulot à La Croix.

L'espèce est-elle en voie de disparition ? 

Le panda géant, considéré comme un trésor national en Chine, est effectivement en danger. Le pays abrite 1864 individus, selon le dernier recensement réalisé en 2015. Il est inscrit sur la liste rouge mondiale des espèces menacées établie par l’Union internationale de conservation de la nature (UICN), qui constitue l’inventaire mondial le plus complet de l’état de la biodiversité.

Mais la Chine multiplie les efforts pour sauver cette espèce. Le Monde rapporte que leur population a augmenté de 17 % en dix ans, grâce à la mise en place de programme de conservation et de réserves naturelles.

Où vont vivre les petits pandas ?

Pour sauver les pandas, la Chine a mis en place un système de parrainages : elle prête, pour une durée de dix ans, un panda mâle et femelle à un zoo étranger. En contrepartie, en plus de finances, les petits issus du couple retournent en Chine au bout de trois ans. C'est le cas pour Beauval. 

Mais en attendant, les nouveau-nés du zoo de Beauval seront visibles par le public après deux mois passés en couveuse, d'après Le Monde

Vous êtes à nouveau en ligne