La Chine arrime le premier cargo spatial à son laboratoire de l'espace

Le cargo spatial Tianzhou-1 avant son lancement dans l\'espace à Wenchang (Chine), le 17 avril 2017.
Le cargo spatial Tianzhou-1 avant son lancement dans l'espace à Wenchang (Chine), le 17 avril 2017. (LIU HUAIYU / IMAGINECHINA)

Ce laboratoire est censé ouvrir la voie au déploiement, prévu en 2022, d'une station spatiale habitée, au moment où la station spatiale internationale (ISS) aura cessé de fonctionner.

Arrivé à bon port. La Chine a réussi à accrocher son premier cargo spatial, samedi 22 avril, avec son laboratoire de l'espace, deux jours après son lancement, a rapporté le centre de contrôle aérospatial de Pékin.

Le vaisseau Tianzhou-1 ("Bateau céleste") avait été propulsé jeudi soir du centre de Hainan, une île au sud de la Chine, par une fusée Longue Marche 7 et avait commencé son approche du laboratoire spatial Tiangong-2 ("Palais céleste") samedi matin.

Ce laboratoire est censé ouvrir la voie au déploiement, prévu en 2022, d'une station spatiale habitée, au moment où la station spatiale internationale (ISS) aura cessé de fonctionner. Le vaisseau cargo représente une "étape cruciale" dans la construction de cette station chinoise, a souligné l'agence officielle Chine nouvelle.

Deux autres arrimages prévus

Tianzhou-1 mesure plus de 10 mètres de long et peut transporter jusqu'à six tonnes de matériel ainsi que des satellites, selon Chine nouvelle qui a précisé que deux autres arrimages sont prévus avant qu'il ne chute vers la Terre. Il réalisera par ailleurs des expériences dans l'espace, a précisé l'agence chinoise.

La Chine investit des milliards d'euros dans ses programmes spatiaux pour tenter de rattraper l'Europe et les Etats-Unis. Elle ambitionne également d'envoyer un vaisseau spatial autour de Mars vers 2020, avant de déployer un véhicule téléguidé sur la planète rouge.

Vous êtes à nouveau en ligne