Violences à Hong Kong : une ville à l’arrêt

Franceinfo

Hong Kong est bloqué depuis le début de la semaine. Les écoles et les universités sont fermées. Les violences entre manifestants et forces de l’ordre s’accentuent

Des étudiants qui apprennent à lancer des cocktails Molotov, à tirer à l’arc ou encore à manipuler une catapulte artisanale pour apprendre à tirer sur les forces de l’ordre. Les étudiants de l’université polytechnique de Hong Kong ne manquent pas d’imagination et semblent prêts à tenir un siège face à la police. “Je n’imaginais pas notre combat comme une guerre, mais je le fais”, témoigne cet étudiant, masqué.

Pékin soutient les forces de l’ordre

Depuis quatre jours, l'ancienne colonie britannique est paralysée : écoles fermées, rues désertes et barricades faites de bambou ou de briques dans certains secteurs. La colère concerne également certains cols blancs, qui soutiennent les étudiants. “Vous pouvez voir des avocats, des comptables”, détaille cet homme. Jeudi 14 novembre, le président chinois a apporté son soutien aux autorités de Hong Kong, chargées de mettre fin aux violences.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne