Rappelé à l'ordre par Pékin, le directeur général de la compagnie aérienne Cathay Pacific démissionne

Un avion de la compagnie aérienne Cathay Pacific, le 13 mars 2019, à Hong Kong. 
Un avion de la compagnie aérienne Cathay Pacific, le 13 mars 2019, à Hong Kong.  (ANTHONY WALLACE / AFP)

Pékin reprochait à des employés de l'entreprise d'avoir affiché leur soutien aux manifestants pro-démocratie.

La compagnie aérienne hongkongaise Cathay Pacific a annoncé, vendredi 16 août, la démission de son directeur général Rupert Hogg. Ces derniers jours, la compagnie a été rappelée à l'ordre par Pékin, qui reproche à des personnels d'avoir affiché leur soutien aux manifestants pro-démocratie.

>> L'article à lire pour comprendre la crise politique qui secoue Hong Kong

Cathay Pacific a provoqué l'ire des nationalistes chinois après la participation de certains de ses 27 000 employés aux manifestations hongkongaises. Les dirigeants de Cathay s'étaient empressés de rassurer Pékin en prenant leurs distances par rapport à la mobilisation pro-démocratie, promettant lundi de licencier tout employé soutenant ou participant aux "manifestations illégales".

Rupert Hogg a démissionné, "assumant la responsabilité, en tant que dirigeant de la compagnie, des récents événements", précise Cathay dans un communiqué. Il a été remplacé par Augustus Tang, une figure du groupe Swire, conglomérat basé à Hong Kong et principal actionnaire de Cathay.

Un autre dirigeant de Cathay, Paul Loo, directeur de la clientèle et des affaires commerciales, a également annoncé son départ en invoquant les mêmes raisons que Ruper Hogg. 

Vous êtes à nouveau en ligne