Manifestations à Hong Kong : "On est sur une action très organisée avec des gens qui veulent en découdre"

Un manifestant renvoie un pavé vers la police à Hong Kong le 5 août 2019.
Un manifestant renvoie un pavé vers la police à Hong Kong le 5 août 2019. (ISAAC LAWRENCE / AFP)

Des milliers de personnes sont à nouveau attendues dans les rues de l'archipel ce week-end, après la manifestation dans l'aéroport d'Hong-Kong vendredi.

Depuis deux mois, la mobilisation ne faiblit pas à Hong Kong contre le projet de loi qui aurait autorisé les extraditions vers la Chine continentale. "On est sur une action très organisée avec des gens qui veulent en découdre", a expliqué samedi 10 août sur franceinfo Pierre Picquart, docteur en Géopolitique de l’Université Paris-VIII et spécialiste de la Chine. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur le modèle chinois parus aux éditions Favre, dont L'Empire chinois. Mieux comprendre le futur numéro 1 mondial  (2004), La Chine dans vingt ans et le reste du monde (2011) et La Renaissance de la route de la soie. L’incroyable défi chinois du XXe siècle (2018).

franceinfo : Le mouvement est-il en train de se durcir et de se radicaliser selon vous ?

Pierre Picquart : Par rapport au mouvement, on pourrait dire à la fois oui et non. Non, dans la mesure où le mouvement n'est pas supporté par l'ensemble des Hongkongais. Mais oui, parce qu'une partie des manifestants suivent les plus radicalisés. Au-delà des sympathisants, il y a des leaders qui sont vraiment très violents et des groupes très organisés avec un service de communication, des lieutenants. Donc, des gens qui veulent en découdre.

Est-ce que l'on est sur quelque chose de très organisé ?

Oui, absolument. On est sur une action très organisée, à la fois sur le plan intérieur, mais également avec des appuis extérieurs. N'oublions pas que la région administrative de Hong Kong comme celle de Macao sont revenues très récemment dans le giron de la Chine continentale après une histoire un peu mouvementée et les guerres de l'opium il y a plus d'un siècle. Aujourd'hui, il y a des tentatives à la fois intérieures et extérieures de séparatisme, en tout cas pour semer le trouble et le chaos.

D'où viennent ces tentatives extérieures selon vous ?

Il faudrait être dans l'investigation, ce sont les services de renseignement occidentaux ou chinois qui pourraient le dire. Toujours est-il qu'on ne peut pas mener des manifestations d'une telle envergure sans lieutenants, sans des structures d'appuis qui soient concrètes, y compris avec des supports financiers.

Pensez-vous que le pouvoir central chinois soutienne totalement l'exécutif de Hong Kong ?

Le pouvoir de Hong Kong jouit de grandes libertés sur le plan législatif, économique, financier, même si Hong Kong a tendance à peser beaucoup moins lourd dans cette grande Chine qui comprend de nombreuses zones territoriales différentes. Mais oui, globalement, la Chine ne cédera jamais sur le plan de sa géographie et de ses territoires. Elle ne cédera jamais sur son appui qu'elle donne à toutes les régions, y compris les régions autonomes et les territoires spéciaux.

Les manifestants n'obtiendront donc pas la démission de la cheffe de l'exécutif comme ils le demandent selon vous ?

Il est peu probable que cela arrive. Rien n'est impossible en Chine comme ailleurs, mais aujourd'hui le maître mot c'est la stabilité. Ce que l'on constate c'est que le mouvement devient en partie impopulaire dans les classes moyennes et les classes les plus aisées, y compris chez les commerçants. Hong Kong connaît une perte de croissance économique du fait de ces manifestations.

Vous êtes à nouveau en ligne