"Le combat est le même pour tous" : à Hong Kong, la Gay Pride se transforme en rassemblement pour la démocratie

Rassemblement pour les droits LGBT à Hong Kong, le 16 novembre 2019, auquel se sont joints de militants pour la démocratie.
Rassemblement pour les droits LGBT à Hong Kong, le 16 novembre 2019, auquel se sont joints de militants pour la démocratie. (DOMINIQUE ANDRÉ / RADIO FRANCE)

La parade des fiertés gay et LGBT a été interdite sous sa forme habituelle et n'a été autorisée que sous la forme d'un rassemblement statique.

Le défilé annuel de la Gay Pride de Hong Kong a été annulé, samedi 16 novembre, et s'est transformé en un rassemblement, dans un quartier d’affaires désert où les boutiques sont fermées après une semaine de chaos. Le mouvement pro-démocratique est entré dans son sixième mois de manifestation et des étudiants habillés en noir, le visage masqué, chantent l'hymne hongkongais aux côtés des militants de la cause homosexuelle.

"Le combat est le même pour tous", lance Alice, une étudiante de l'université chinoise de Hong Kong. La nuit dernière, les étudiants ont cessé d'occuper ce campus. "La police est venue, les étudiants ont choisi de quitter les lieux, pour aller sur d'autres campus, explique-t-elle. Je ne suis pas tranquille car le gouvernement chinois et Xi Jinping ont dit qu'il fallait rétablir l'ordre, améliorer la situation et Carrie Lam a dit la même chose"

Des soldats chinois nettoient les rues à Hong Kong

Le mouvement de contestation se poursuit dans un climat étrange. Des soldats de l'armée chinoise ont participé samedi au nettoyage des rues, a indiqué l'agence officielle Xinhua. Des images reprises sur les réseaux sociaux montrent une centaine d'hommes de l'Armée populaire de libération (APL), en shorts et T-shirts, en train de courir, de ramasser des briques et des débris, et de réparer des barrières, avant de retourner dans leur caserne.

Universités toujours occupées, économie qui tourne au ralenti, transports perturbés... Entre soutien et fatigue, les Hongkongais ne voient pas de solution tant le dialogue parait impossible entre le gouvernement et le camp pro-démocratie.

Le reportage de Dominique André à Hong Kong
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne