Hong Kong : un campus incendié, dernier bastion de la contestation

France 2

À Hong Kong, des manifestants se sont retranchés dans un campus universitaire et y ont mis le feu pour empêcher la police d'avancer. Cette dernière menace de tirer à balles réelles.

Après plusieurs jours de siège, le campus PolyU de Hong Kong a été volontairement incendié par les manifestants pour empêcher les assauts de la police. La faculté est devenue un champ de bataille, noyée sous les gaz lacrymogènes. "Bien sûr qu'on a peur, mais on ne peut pas partir de là. On doit continuer de s'élever contre ceux qui sont contre nous", indique une femme cagoulée. Pour ces militants, il est impossible de quitter la zone sans risquer une arrestation immédiate. Certains sont même parvenus à filmer la violence des policiers.

Le campus résiste encore face aux forces de l'ordre

Malgré tout, le campus, cerné par les forces de l'ordre, résiste encore lundi 18 novembre au matin. Pour la première fois, les autorités menacent de répondre avec des balles réelles. En cinq mois de contestations, jamais la ville n'avait connu pareil chaos.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne