DIRECT. Hong Kong : l'exécutif veut "apaiser complètement les inquiétudes de la population"

Des étudiants manifestent devant une université de Hong Kong, le 2 septembre 2019.
Des étudiants manifestent devant une université de Hong Kong, le 2 septembre 2019. (MICHAEL HÜBNER / GEISLER-FOTOPRESS / AFP)

Outre le retrait du projet de loi annoncé mercredi, les manifestants demandent aussi l'introduction du suffrage universel ou encore l'ouverture d'une enquête indépendante sur l'usage de la force par la police.

L'annonce va-t-elle calmer le jeu à Hong Kong ? La cheffe de l'exécutif hongkongais, Carrie Lam, a annoncé mercredi 4 septembre le retrait définitif du projet de loi controversé sur les extraditions vers la Chine. Ce projet est à l'origine du mouvement de mobilisation qui secoue l'ancienne colonie britannique depuis trois mois. Carie Lam a expliqué retirer le projet "afin d'apaiser complètement les inquiétudes de la population".

Une revendication majeure des manifestants. Ce texte controversé, qui visait à autoriser les extraditions vers la Chine continentale, avait été suspendu mi-juin par Carrie Lam après de premières manifestations massives. Mais craignant qu'il ne ressorte un jour, les opposants à ce projet n'ont pas cessé depuis d'exiger son retrait officiel et définitif. Au fil des semaines, la mobilisation n'a pas faibli et les manifestants ont beaucoup élargi leurs revendications pour dénoncer le recul des libertés et l'ingérence grandissante de la Chine dans sa région semi-autonome.

Un geste d'apaisement. Les gouvernements de Hong Kong et de Pékin sont-ils prêts à faire des concessions, après être restés inflexibles au cours des derniers mois ? "Ce retrait officiel est une tentative de calmer la situation", a déclaré une source non identifiée au quotidien South China Morning PostDe son côté, Pékin avait, mardi, semblé vouloir calmer le jeu. Le porte-parole du Bureau des affaires de Hong Kong et Macao, Yang Guang, avait assuré que les habitants de l'île, "y compris les jeunes étudiants", avaient le droit de manifester "pacifiquement".

Les opposants toujours mobilisés. Cette annonce ne semble pas avoir apaisé la colère des militants. Des commentaires furieux sont aussitôt apparus sur les différents forums utilisés par le mouvement pro-démocratie, soulignant notamment qu'un retrait du projet de loi ne mettrait pas fin aux protestations. Les manifestants demandent notamment l'introduction du suffrage universel ou encore l'ouverture d'une enquête indépendante sur l'usage de la force par la police.

Vous êtes à nouveau en ligne