Taïwan : 22 avions de combats chinois sont entrés dans la zone de défense aérienne de l'archipel, annonce le gouvernement

De la fumée après le lancement d\'un missile à Pington (Chine), le 4 août 2022.
De la fumée après le lancement d'un missile à Pington (Chine), le 4 août 2022. (KOKI KATAOKA / YOMIURI / AFP)

Pékin a organisé d'importantes manœuvres militaires autour de Taïwan, que la Chine considère comme son territoire, après la venue de l'Américaine Nancy Pelosi.

Vingt-deux avions de combat chinois sont brièvement entrés jeudi 4 août dans la zone de défense aérienne taïwanaise, a annoncé sur Twitter le ministère de la Défense de l'archipel. Les systèmes de défense anti-aériens ont traqué les avions chinois, a-t-il ajouté sur son site internet. La Chine a entamé dans la matinée de grandes manœuvres militaires dans les eaux entourant Taïwan en réaction à la visite de l'élue américaine Nancy Pelosi. Ce direct est désormais terminé.

Des missiles chinois suspectés d'être tombés dans la zone économique exclusive du Japon.  "Le Japon a déposé une protestation auprès de la Chine par la voie diplomatique", a souligné le ministre de la Défense du pays Nobuo Kishi, qualifiant l'incident de "problème grave qui affecte notre sécurité nationale et celle de nos citoyens". Certaines îles d'Okinawa, à l'extrême sud du Japon, se trouvent à quelques dizaines de kilomètres seulement de Taïwan. 

Taïwan "se prépare à la guerre"L'armée taïwanaise a affirmé "se préparer à la guerre sans chercher la guerre". Le porte-parole du ministère de la Défense de l'île avait fustigé la veille "un acte irrationnel visant à défier l'ordre international". Selon lui, d'ailleurs, ces manœuvres de la Chine "empiètent sur les eaux territoriales de Taïwan".

L'UE condamne des manœuvres "agressives"Josep Borrell, le chef de la diplomatie de l'Union européenne, a condamné les manœuvres militaires "agressives" de la Chine. Selon lui, il n'y a "aucune justification" à utiliser "comme prétexte" la visite à Taïwan de l'élue démocrate américaine Nancy Pelosi.

Vous êtes à nouveau en ligne