Chine : des membres d'une même famille se marient et divorcent 23 fois pour obtenir frauduleusement des appartements

Des habitants ont fraudé pour obtenir des appartements à Feijichangjiao (Cihne), début 2019. (Photo d\'illustration)
Des habitants ont fraudé pour obtenir des appartements à Feijichangjiao (Cihne), début 2019. (Photo d'illustration) (GREG BAKER / AFP)

Une partie des habitants étant expropriés, l'Etat a offert en compensation un nouvel appartement à toute personne enregistrée à l'état civil comme étant résidente de la zone. De quoi inspirer des fraudeurs.

Le scénario est digne d'un vaudeville. Onze Chinois d'une même famille se sont mariés et ont divorcé entre eux... 23 fois en un mois. Le but était d'obtenir frauduleusement des appartements de l'Etat, a rapporté la presse officielle.

Après des travaux d'aménagement dans le village de Feijichangjiao, dans la province du Zhejiang (est), une partie des habitants devait être expropriée. En compensation, l'Etat offrait l'équivalent d'un nouvel appartement de 40 mètres carré à toute personne enregistrée à l'état civil comme étant résidente de la zone. Flairant la bonne affaire, un certain M. Pan s'est alors rabiboché avec Mme Shi, son ex-épouse résidente du village. Après avoir convolé le 6 mars, les deux tourtereaux ont brisé leur union... après seulement six jours. Le temps pour monsieur d'obtenir un certificat de résidence dans la commune. Conservable même après un divorce, celui-ci lui donnait accès au bien immobilier.

Mariages en série

Mais l'opération ne s'est pas arrêtée là. Désormais résident du village, M. Pan a voulu faire bénéficier des membres de sa famille de cet enviable statut. Il s'est donc marié et a divorcé, en l'espace de 15 jours, avec sa belle-sœur, puis la sœur de celle-ci. Son ex-femme n'est pas restée les bras croisés, puisqu'elle a usé du même procédé avec un autre ex-mari. Au total, 11 personnes, dont des cousins et des frères et sœurs, ont conclu 23 mariages et divorces "imaginaires", a indiqué le Global Times, citant la police locale. Les suspects ont expliqué leur geste par l'appât du gain et ont "exprimé des regrets", a souligné le journal. La police a ouvert une enquête.

Vous êtes à nouveau en ligne