Chine : la destruction de millions de tombes agite le web

(Capture d'écran Autre)

Quelque deux millions de tombes auraient déjà été détruites en Chine. L'objectif officiel : la nécessité d'augmenter les surfaces cultivables. Mais le journaliste du Figaro qui sort cette affaire raconte que les internautes soupçonnent les autorités locales de toucher des pots-de-vin en revendant la terre à des promoteurs. Un cadre du Henan qui avait contesté ces destructions a dû faire une repentance publique.

La Chine, qui doit nourrir 22% de la population mondiale, ne peut cultiver que 15% de sa surface totale. L'urbanisation, l'industrialisation, et la sécheresse ne font qu'aggraver cette situation. D'où la recherche de terres à tout prix. Au point de détruire des tombes ?

Dans le Henan, selon le correspondant du Figaro à Pékin, quelque deux millions de tombes auraient déjà été "aplanies " pour libérer du terrain. Les familles acceptant de libérer leur tombe recevraient l'équivalent de 120 euros. Une pétition contre ces destructions a circulé. Le Conseil d'Etat a interdit les "démolitions forcées ", mais seulement à partir de l'année prochaine. Et le cadre qui avait dénoncé ces démolitions sur le twitter chinois a dû faire son autocritique publique.

"En Chine, même les morts n'ont pas droit au repos éternel" proteste un internaute.

Déménager des tombes pour construire des villes, ce n'est pas nouveau dans un pays qui peine à loger son milliard et demi d'habitants explique  Sébastien Le Belzic, le correspondant de France Info à Pékin. Et il cite le nouveau quartier résidentiel qui a poussé au coeur
d'un cimetière de Taiyuan, dans la province de Shanxi..