Chine : la colère de la population, au lendemain d'un incendie meurtrier dans un abattoir

(Reuters)

Une centaine de Chinois ont protesté dans la ville de Dehui au nord-est de Pékin. Ils accusent le propriétaire d'un abattoir de volailles d'avoir bafoué les règles de sécurité. Hier l'incendie de l'abattoir a tué au moins 120 Chinois.

Une centaine de Chinois ont bloqué la circulation et
affronté la police pendant une heure mardi matin à Dehui dans la province du Jilin, au
nord-est de Pékin. Au lendemain d'un incendie meurtrier dans un abattoir de volailles,
la population accuse l'exploitant de l'abattoir d'avoir bafoué les règles
minimales de sécurité.

Les manifestants se sont rassemblés
autour des proches des victimes de l'incendie. Le feu dans l'abattoir a tué au
moins 120 personnes. Parmi les victimes, la femme et la fille de Zhao Zhenchun.
Ce Chinois est en colère : "il y a tant de catastrophes de ce type qui
se produisent en Chine à cause d'une surveillance insuffisante
".

Un responsable de l'abattoir de volailles arrêté

Après cet incendie, le plus meurtrier depuis une dizaine
d'années en Chine, le président Xi Jinping a demandé aux autorités d'identifier
les responsables de la catastrophe. L'un des hauts responsables de l'abattoir
de Dehui a été arrêté. Il a été placé en garde à vue et les fonds de la société
ont été gelés, déclare un officiel communiste. Une enquête a également été
ouverte pour déterminer les causes de l'incendie. Il pourrait s'agir d'une
fuite d'ammoniac.

 Les catastrophes industrielles sont fréquentes en Chine. De
nombreux employeurs profitent de la corruption des responsables locaux pour
contourner les règles de sécurité. L'industrie minière est très souvent victimes d'accidents
industriels graves. L'an dernier 1.300 personnes ont été tuées en Chine par des
explosions, des effondrements et des inondations.

Vous êtes à nouveau en ligne