Centrafrique : les forces de la paix tchadiennes et burundaises se tirent dessus

Un soldat tchadien à Bangui (Centrafrique), le 9 décembre 2013.
Un soldat tchadien à Bangui (Centrafrique), le 9 décembre 2013. (REUTERS)

Le chef du contingent burundais accuse les troupes tchadiennes d'avoir lancé une grenade alors que les troupes burundaises procédaient au désarmement d'anciens rebelles de la Séléka.

Le conflit centrafricain est de plus en plus inextricable. Voici maintenant que les forces d'interposition, censées éviter les heurts entre communautés chrétienne et musulmane, se tirent dessus. Des soldats tchadiens et burundais de la force africaine d'interposition en Centrafrique (Misca) se sont en effet affrontées dans la capitale.

L'incident a débuté lundi 23 décembre dans l'après-midi. Selon  le chef du contingent burundais, le lieutenant-colonel Pontien Hakizimana, ses soldats interceptent six ex-rebelles Séléka, dans un quartier nord de Bangui. Les forces d'interposition sont notamment chargées de désarmer les anciens rebelles.

"Les soldats tchadiens tiraient dans tous les sens"

Mais il semble que cela ne plaise pas aux soldats tchadiens, déjà accusés par la population de protéger ces anciens rebelles, qui se sont rendus coupables de nombreuses exactions. Les éléments tchadiens lancent alors une grenade en direction des Burundais. Par chance, la grenade explose sans faire de dégâts.

D'après le colonel burundais, les militaires de son contingence font "preuve de retenue", mais des soldats de l'avant-garde essuient tout de même des coups de feu. Ils répliquent et blessent trois Tchadiens, selon cet officier. "Les soldats tchadiens sont repartis avec les six ex-Séléka, en tirant dans tous les sens".

L'incident aurait pu s'arrêter là, mais les soldats tchadiens "sont revenus en force dans l'après-midi et ont attaqué nos positions, mais nous les avons repoussés sans aucun problème", selon le colonel. Il a encore vanté les qualités de ses troupes : "Les soldats du contingent burundais sont très disciplinés et aguerris et n'ont aucune responsabilité dans les incidents d'hier. (...) Nous n'avons aucun contentieux avec aucune partie de la population centrafricaine, nous."

Les Tchadiens redéployés dans l'intérieur du pays

Cette dernière remarque est une allusion directe aux critiques dont les troupes tchadiennes sont l'objet. Les Tchadiens sont accusés par de nombreux Banguissois d'être les complices des ex-rebelles, dont un certain nombre a la même nationalité et la même religion (musulmane). A tel point que, selon RFI, les troupes tchadiennes vont être rapidement redéployées dans l'intérieur du pays, pour éviter d'attiser les tensions.

Dans ce contexte, le président par intérim, Michel Djotodia, a lancé mardi matin un appel à la paix entouré du Premier ministre Nicolas Tiangaye et des chefs des communautés catholique, protestante et musulmane. "Aimez-vous les uns les autres ! On retrouve ça dans la Bible et le Coran", a-t-il plaidé.