Un Français de 30 ans retrouvé mort au Canada, lors d'un voyage "éco-responsable" dans le Grand Nord

Le bras est du Grand Lac des Esclaves, en 2010
Le bras est du Grand Lac des Esclaves, en 2010 (STEVE SCHWARZ / MOMENT OPEN)

Thomas Destailleur voulait "voyager différemment" en réduisant son empreinte écologique. Il est décédé lors d'un périple en vélo et en kayak dans le Grand Nord Canadien.

"Je bataille comme je peux, j’en prends plein la tronche, et je m’arrête quatre heures et demie après être parti, le kayak est plein d’eau", écrivait Thomas Destailleur, un jeune homme de 30 ans sur sa page Facebook mardi. La Gendarmerie royale du Canada, alertée par sa famille restée sans nouvelle, a retrouvé le corps du jeune voyageur samedi 10 août, décédé au 31e jour d'un périple "sportif" et "écoresponsable" sur le Grand Lac des Esclaves dans le nord du Canada. Une enquête sur les circonstances du décès est en cours.

"Des vagues manquent de me retourner, et j’abandonne en surfant jusqu’à la plage, trempé et gelé. J’ai peur de l’hypothermie", écrivait également le jeune homme dans sa dernière publication Facebook adressé à tous ceux qui suivaient son aventure. 

Ce kinésithérapeute qui vivait au Canada depuis septembre 2018 était un habitué des grands voyages. La Tanzanie, la Mongolie, l'Indonésie ou l'Islande... Il avait confié au site canadien L'Express, en avril, regretter le coût environnemental de ces voyages. Raison pour laquelle Thomas Destailleur s'était lancé dans cette nouvelle aventure : "voyager différement" en créant son projet "Open Your Wild"

Le globe-trotter avait donc prévu de traverser le Canada, de Jasper dans les Rocheuses au village arctique de Tuktoyaktuk, soit 3 700 kilomètres en vélo et en kayak. L'objectif : "Aller à la rencontre de la nature au fil de l’eau et questionner ce qui peut la mettre en danger, tout en faisant la promotion d’un mode de vie et de voyage sportif, responsable et durable".

Vous êtes à nouveau en ligne