"Je me suis sentie comme une criminelle" : la Française raconte ses deux semaines de détention après avoir traversé la frontière américaine pendant un jogging

Cedella Roman, âgée de 19 ans, a passé deux semaines en centre de détention aux États-Unis
Cedella Roman, âgée de 19 ans, a passé deux semaines en centre de détention aux États-Unis (FAMILY HANDOUT / FAMILY HANDOUT)

Cedella Roman revient pour franceinfo sur ses quinze jours passés en détention, après avoir franchi la frontière américaine par inadvertance, pendant un jogging. 

"C'est ridicule de se retrouver en prison pour un jogging. Jamais je n'aurais pu imaginer ça". Trois semaines après sa mésaventure, Cedella Roman n'en revient toujours pas d'avoir passé quinze jours en centre de détention aux États-Unis, après avoir accidentellement franchi la frontière américaine pendant un jogging. Cette Française de 19 ans, qui rendait visite à sa mère au Canada, a vécu un cauchemar. Elle le relate à franceinfo.

Le 21 mai, elle fait son jogging à la frontière entre le Canada et les États-Unis. Involontairement, elle traverse la frontière du côté américain. Elle est alors contrôlée par deux patrouilleurs. Sur elle, pas de papier d'identité. Elle est interpellée immédiatement. "Quand ils m'ont transférée à la prison, qu'ils m'ont mis les menottes dans la voiture grillagée, je me sentais comme une criminelle", témoigne Cedella Roman, sur franceinfo.

S'ensuit une scène digne d'un film policier : confiscation des effets personnels, fouille des affaires de la jeune femme, relevé d'empreintes digitales... La Française s'excuse, répète que son geste n'est pas volontaire. En vain. "Ils m'ont posé des questions pour savoir si j'avais passé la frontière exprès ou pas, si j'étais en demande de papiers pour les États-Unis, si je me sentais mal dans mon pays, si je me sentais persécutée", poursuit Cedella Roman.

Deux semaines de détention interminables

Une très longue attente débute, mêlée d'inquiétude et d'espoir. "Le premier jour, c'était vraiment très dur. Et puis la première semaine, ça commençait à faire long. Chaque fois, le directeur du centre me disait 'Tu vas sortir dans deux jours' et à chaque fois il me disait qu'il y avait un nouveau truc qui n'allait pas", explique la jeune femme de 19 ans.

Je me suis dit 'Je ne vais jamais sortir de là-dedans. Je vais rester enfermée longtemps'.Cedella Romanfranceinfo

Son quotidien se mêle à celui de migrants, qui sont incarcérés pour de plus longues périodes. "J'ai essayé de relativiser. Je n'avais pas trop de quoi me plaindre vu ce qu'eux vivaient. En plus, ce n'était pas fini puisqu'ils restaient des mois en prison. Moi je ne suis restée que deux semaines", nuance la Française.

Sa mère fournit tous les documents de sa fille, son visa étudiant et son passeport notamment. Elle lui rend également visite, "une heure par jour du jeudi au dimanche, derrière une vitre, avec un téléphone". Après deux semaines de détention, Cedella Roman est finalement libérée le 6 juin. "Ça faisait du bien de se sentir libre, de marcher dehors, de respirer. Quand j'ai vu ma mère, elle était complètement soulagée. Elle était bien plus paniquée et stressée que moi puisqu'elle ne savait pas vraiment ce qui se passait à l'intérieur", précise la jeune femme.

Avec du recul, Cedella Romain trouve cette "histoire complètement stupide. Je m'en suis voulu un peu". Elle est désormais interdite de séjour aux États-Unis, pendant au moins cinq ans.

""Je me suis sentie comme une criminelle" : témoignage de Cedella Roman
--'--
--'--