Déchets : l'Asie du Sud-Est se rebiffe

Franceinfo

Rodrigo Duterte, le président philippin, a affrété un énorme bateau pour renvoyer au Canada 1 500 tonnes de déchets "soi-disant" recyclables. L'Asie du Sud-Est ne veut plus être la décharge du monde.

Le président des Philippines s'en prend au Canada. Rodrigo Duterte a affrété un énorme navire de 69 conteneurs parti en direction de Vancouver, où ces 1 500 tonnes de déchets "soi-disant" recyclables retournent à leur expéditeur. En réalité, c'est toute l'Asie du Sud-Est qui en a marre d'être le dépotoir du monde. La Chine récupérait 60% des déchets recyclables des pays riches. Mais en 2018, elle ferme ses portes à cause de la pollution générée.

La Malaise se rebelle aussi

Alors les pays occidentaux ont cherché de nouvelles déchetteries, comme en Malaisie où la main-d’œuvre est bon marché et la réglementation écologique pas vraiment existante. Mais la ministre de l'Environnement s'est fâchée. Comme les Philippines, la Malaisie va renvoyer 3 300 tonnes d'ordures dans leur pays d'origine. La France en fait partie, car elle "n'a pas les capacités suffisantes pour tout recycler", selon Sandrine Feydel, réalisatrice du documentaire Océans de Plastiques. Le marché global du traitement des déchets est estimé à 175 milliards d'euros.

Vous êtes à nouveau en ligne