Canada : la ministre de l'Environnement sous protection après des menaces

La ministre canadienne de l\'Environnement Catherine McKenna participe à un sommet entre l\'UE et le Canada le 18 juillet 2019 à Montréal.
La ministre canadienne de l'Environnement Catherine McKenna participe à un sommet entre l'UE et le Canada le 18 juillet 2019 à Montréal. (SEBASTIEN ST-JEAN / AFP)

Il est exceptionnel que des responsables politiques canadiens, même de haut niveau, bénéficient d'une protection policière. Cette mesure fait suite à des torrents d'insultes et de menaces sur les réseaux sociaux et même dans la rue.

Elle a raconté avoir été copieusement injuriée par un individu depuis la fenêtre ouverte d'une voiture alors qu'elle se trouvait devant un cinéma avec ses enfants. La ministre de l'Environnement canadienne, Catherine McKenna, a annoncé samedi 7 septembre bénéficier ponctuellement d'une protection policière, une mesure rarissime dans son pays, à la suite d'une vague d'insultes et de menaces liées à ses prises de position sur le changement climatique.

"Le sexisme bruyant et les commentaires haineux visant les gens qui travaillent sur le changement climatique sont inacceptables", a-t-elle déploré.

"Barbie climatique" ou "ennemie du peuple"

Catherine McKenna a eu la responsabilité de fixer l'objectif de 30% de réduction de CO2 par le Canada en 2030 par rapport à 2005 lors de la signature de l'accord de Paris sur le climat en 2015. Cela lui a attiré sur les réseaux sociaux de nombreux surnoms injurieux tels que "Barbie climatique", "ordure" ou "ennemie du peuple".

Vous êtes à nouveau en ligne