VIDEO. Brésil : manifestations pro et anti-Lula, soupçonné de corruption

REUTERS et APTN

L'ancien président brésilien, 70 ans, est interrogé par la police sur de présumés délits de corruption et blanchiment d'argent dans le cadre du vaste scandale Petrobras.

La police fédérale brésilienne a perquisitionné, vendredi 4 mars, le domicile de l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva et l'a emmené pour l'interroger sur de présumés délits de corruption et blanchiment d'argent dans le cadre du scandale Petrobras.

Des dizaines de manifestants favorables ou hostiles à Lula se sont rassemblés face à la police devant le domicile de l'ancien chef de l'Etat, à São Bernardo do Campo, ville du sud de l'État de São Paulo.

Partisans et adversaires en viennent aux mains

Parmi les manifestants, certains criaient "Lula, guerrier du peuple", d'autres "Lula voleur", en venant parfois aux mains. 

L'action de la police "est arbitraire, illégale et injustifiable", a estimé l'Institut Lula dans un communiqué, dénonçant "la violence pratiquée aujourd'hui contre l'ex-président Lula et sa famille, contre l'Institut Lula (...)". Cette fondation, qui se consacre à la coopération du Brésil avec l'Afrique et l'Amérique latine, condamne "une agression contre l'Etat de droit qui affecte toute la société brésilienne".

Vous êtes à nouveau en ligne