VIDEO. Au Brésil, les partisans de Dilma Rousseff protestent contre sa destitution et créent des embouteillages monstres

REUTERS et APTN

Le président par intérim de la Chambre des députés est revenu mardi sur l'annulation de la procédure de destitution entamée à l'encontre de la présidente du Brésil

Au Brésil, la procédure de destitution entamée à l'encontre de la présidente Dilma Rousseff devrait suivre son cours et mener à sa suspension mercredi. Le président par intérim de la Chambre des députés est revenu, mardi 10 mai, sur l'annulation, la veille, du vote du 17 avril validant ainsi la procédure de destitution.

Les partisans de Dilma Rousseff, mécontents, se sont mobilisés à Sao Paulo, à Brasilia et à Bahia, des villes où la circulation a été bloquée sur des axes de grande circulation créant des ambouteillages monstres. Le Parti des travailleurs, dont Dilma Rousseff est issue, et plusieurs syndicats ont également appelé à une grève nationale.

Tensions entre les deux chambres du Parlement

Waldir Maranhao avait fait état d'irrégularités pour justifier l'invalidation du vote du 17 avril. Son homologue du Sénat, Renan Calheiros, quant à lui, l'accuse de "jouer avec la démocratie" et annonce que le vote prévu mercredi à la chambre haute serait maintenu. Il devrait, sauf surprise improbable, se solder par le renvoi devant la justice et la suspension immédiate de la présidente, soupçonnée d'avoir falsifié les comptes publics pour faciliter sa réélection en 2014.

Vous êtes à nouveau en ligne