Présidentielle au Brésil : Jair Bolsonaro, le candidat de l'extrême droite en tête du premier tour, "est pire que Trump"

Jair Bolsonero est arrivé en tête du premier tour de l\'élection présidentielle brésilienne, le 7 octobre. 
Jair Bolsonero est arrivé en tête du premier tour de l'élection présidentielle brésilienne, le 7 octobre.  (MAURO PIMENTEL / AFP)

Armelle Enders, professeure d’histoire contemporaine à l’université Paris 8 et spécialiste du Brésil estime que Jair Bolsonaro est quasi assuré de devenir le futur président brésilien. 

Jair Bolsonaro, candidat d'extrême droite à l'élection présidentielle au Brésil, "est pire que Trump, c'est les pleins pouvoirs aux forces de répression", estime lundi 8 octobre sur franceinfo Armelle Enders, professeure d’histoire contemporaine à l’université Paris 8, spécialiste du Brésil. Jair Bolsonaro, nostalgique de la dictature militaire, est arrivé largement en tête dimanche du premier tour avec 48,12% des voix, selon des premiers résultats partiels. Il affrontera au deuxième tour le candidat de la gauche, Fernando Haddad (26,9%).

franceinfo : On connaît déjà le futur président du Brésil ?

Armelle Enders : Jair Bolsonaro, le candidat d'extrême droite a de très fortes chances d'être le prochain président du Brésil, il a quasiment gagné dès le premier tour et il a en plus réussi à faire élire beaucoup de députés. C'est une vague sans précédent.

Qu'est-ce qui explique cette popularité ?

C'est aussi un trou d'air, un trou noir plutôt, dans lequel a été aspiré la classe politique brésilienne, surtout les deux principaux partis qui dominaient depuis 20 ans le Brésil : le Parti des travailleurs (PT) - qui finalement ne s'en tire pas si mal puisqu'il est au second tour - et le Parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB), qui lui est à moins de 5%, c'est une chute spectaculaire. Ce trou noir a été provoqué par les opérations de justice, un peu comme en Italie avec les opérations "mains propres" [dans les années 1990] qui avaient ébranlé la classe politique et fait de la place à Berlusconi. On a un peu le même phénomène.

Jair Bolsonaro s'est dit certain qu’il aurait été élu dès le premier tour si des "problèmes avec les urnes électroniques" n’étaient pas survenus. C'est donc une demi-victoire pour lui ?

Il espérait ne pas avoir à batailler pour un second tour, parce qu'il est très faible dans les débats. Son hospitalisation, après l'attentat qui a failli lui coûter la vie, lui avait servi à fuir tous les débats. Il indique, à peu près sur tous les sujets, qu'il n'y connaît rien. Mais ça ne l'empêchera pas d'être élu, on est dans un tel degré d'irrationalité.

Pourrait-il encore ne pas être élu ? On pourrait avoir une surprise ?

À moins d'un sursaut, on se dirige vers une victoire de Jair Bolsonaro. Ce n'est pas anodin, c'est bien pire que Trump. En réalité, c'est le permis de tuer tout ce qui est considéré comme bandit dans la société brésilienne. C'est une acception assez large. En fait, Bolsonaro, c'est les pleins pouvoirs à la police, aux forces de répressions, il y aura sans doute des conséquences tragiques.

Vous êtes à nouveau en ligne