Le Brésil refuse à Total une licence d'exploration dans l'embouchure de l'Amazone

Des militants Greenpeace protestent à Rio de Janeiro (Brésil) contre les forages de Total au niveau de l\'embouchure de l\'Amazone, le 28 septembre 2017.
Des militants Greenpeace protestent à Rio de Janeiro (Brésil) contre les forages de Total au niveau de l'embouchure de l'Amazone, le 28 septembre 2017. (PILAR OLIVARES / REUTERS)

Le refus est motivé par le risque de "fuite de pétrole qui pourrait affecter les récifs coralliens", annonce l'agence gouvernementale du Brésil chargée de l'environnement. 

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

C'est non ! Le Brésil a refusé, vendredi 7 décembre, au groupe pétrolier français Total l'autorisation d'effectuer des forages dans cinq secteurs de l'embouchure de l'Amazone. Brasilia a déclaré que le plan présenté par Total comportait des "problèmes techniques". Le refus de cette licence avait été demandé en avril par le parquet du Brésil et par des organisations de défense de l'environnement.

"La licence environnementale pour l'activité de forage maritime dans les blocs FZA-M-57, 86, 88, 125 et 127 de Foz de Amazonas a été refusée ce vendredi en raison d'un ensemble de problèmes techniques identifiés au cours du processus visant à l'obtention de la licence", a annoncé l'agence de régulation environnementale brésilienne Ibama. Elle évoque "la possibilité d'une fuite de pétrole qui pourrait affecter les récifs coralliens présents dans la région et par extension, la biodiversité marine".

L'agence Ibama précise qu'elle a donné à Total E&P do Brasil, la branche brésilienne du groupe, toutes les "opportunités possibles" pour "qu'elle complète et éclaircisse les problèmes techniques" qui ont été relevés. Total s'était associé en 2013 avec le britannique BP et le brésilien Petrobras pour acquérir des blocs d'exploration dans l'embouchure de l'Amazone. Il attendait d'obtenir le feu vert des autorités brésiliennes pour lancer les travaux d'exploration. 

Vous êtes à nouveau en ligne