LA PHOTO. Une nouvelle procédure de destitution lancée contre Dilma Roussef

Des partisans de Dilma Roussef ont tenté en vain d'empêcher physiquement l'Ordre brésilien des avocats de déposer sa requête devant la chambre basse du Parlement brésilien aux cri de «ils ne passeront pas», cri de ralliement traditionnel de la gauche. Accusée d'obstruction à la justice, la présidente Roussef est de plus en plus isolée à l'approche d'un vote des députés sur sa destitution.

Le président de l'Ordre brésilien des avocats porté en triomphe par ses pairs L'Ordre brésilien des avocats (OAB) a déposé le 28 mars 2016 à Brasilia une requête réclamant une nouvelle procédure de destitution à l'encontre de la présidente brésilienne. Les avocats brésiliens l'accusent d'avoir fait entrer au gouvernement son prédécesseur, Luiz Inacio Lula da Silva, afin de le préserver des poursuites judiciaires. L'organisation, qui représente un million d'avocats brésiliens, accuse également la présidente d'avoir attenté aux intérêts du pays, en dispensant la Fifa d'impôts lors de la Coupe du monde 2014.
Vous êtes à nouveau en ligne